10 Mythes sur la romance… démolis ! #5

10 Mythes sur la romance… démolis ! #5

Mythe #5 : Il suffit de lire un auteur ou une collection de romance pour se faire une idée d’ensemble du genre.

Eh non… C’est comme si vous disiez : je lisais la série Alice de Caroline Quine quand j’étais petit-e, je sais donc tout du polar ! En romance, les collections, formats et sous-genres sont tout aussi riches et diversifiés que dans n’importe quel autre genre, si ce n’est davantage. Finalement, tout genre peut être mâtiné de romance : le fantastique, la fantasy, la science-fiction, le policier, le thriller, le roman d’aventures, la comédie, etc.

Ajoutons que, la romance abordant des thèmes assez délicats (rapport entre les sexes, sexualité, condition féminine, violence, traumatismes, injustice, bonheur, foi…), la façon forcément particulière qu’aura chaque auteure de les traiter pourra trouver des échos violemment négatifs comme pleins d’enthousiasme selon les expériences et opinions propres des lectrices et lecteurs. Tout cela pour dire : si vous débutez dans la lecture de romance, ne généralisez pas trop vite quelques impressions isolées !

Du reste, la romance est un genre relativement nouveau, encore en pleine évolution. Si certaines réussites des années 70 et 80 nous étonnent par leur modernité et leur fraîcheur (ou au contraire nous séduisent par leur côté rétro, décalé), dans l’ensemble le marché change, les auteures se renouvellent et les mentalités progressent… Puisque la romance mêle une représentation de l’idéal amoureux à un certain interdit, il va de soi que les lectrices d’aujourd’hui n’attendent plus les mêmes types d’intrigues ou de héros que leurs mères et grand-mères ! Des critiques de romance parlent ainsi de la romance « old skool » pour la différencier de ce qui se publie de nos jours.

Laisser un commentaire