Dans la ligne de tir

DLLT_petit

5,99 € / 8,99 $

Acheter l’ebook :
7switch-buy
amazon-buy
iBooks-buy
kobo-buy
fnac-buy

Auteur : Pauline Libersart

Genre : Romance contemporaine, Romantic suspense
Longueur : Roman (55 000 mots)
Sensualité : Moyen

Atterrée, Lucy regarde la jungle autour d’elle. Comme dans une mauvaise série B, l’avion qui la ramenait aux États-Unis vient de s’écraser en pleine Amazonie. Au milieu de cet enfer de verdure, les survivants du crash peinent à s’en sortir. C’est à ce moment que deux marines surgissent, chargés de les sauver. Spécialisés dans les opérations commandos, les deux hommes sont loin d’être ravis de devoir jouer les baby-sitters.

Pour la jeune femme, ce n’est que le début des complications ! Comment aurait-elle pu imaginer qu’un moment de faiblesse la rattraperait et changerait sa vie une fois de retour au pays ? Qu’un homme sexy et dangereux serait capable de survivre à l’enfer juste pour la retrouver ?

Il faisait froid dans l’avion et, vêtus de simples tee-shirts, ils se dépêchèrent de se recroqueviller sous leurs couvertures.

L’épuisement dû à l’accumulation du stress de l’accident, de l’angoisse des journées passées en pleine forêt amazonienne, de leur longue marche, de la violence de l’évacuation leur permit de trouver le sommeil malgré le vacarme.

Lucy se réveilla en sursaut, sans aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, ou de combien de temps elle avait pu dormir. Elle avait rêvé de Melissa en train de pleurer sur sa tombe.

Juste un mauvais rêve, songea-t-elle.

Elle s’en était finalement sortie, elle rentrait au pays. Après avoir longtemps hésité à quitter le cocon de chaleur de sa couverture, elle finit par se décider à se lever. Elle ne pouvait plus attendre pour se rendre aux toilettes, malheureusement situées loin de son nid douillet, à l’avant de l’appareil. Elle fit le plus rapidement possible.

Elle prenait le chemin du retour, slalomant au milieu du chargement, lorsqu’une main sortie d’entre deux containers l’agrippa et l’attira dans un coin sombre et totalement hors de vue. Lucy se retrouva plaquée contre la paroi métallique de l’appareil. Ses yeux accrochèrent le regard de son sniper, stoppant net la bouffée de panique qui montait en elle.

Elle ressentit un immense soulagement, et un grand calme l’envahit, ainsi qu’un sentiment de sécurité à le savoir à bord. Il s’était douché, rasé et changé. Le maquillage de camouflage avait enfin disparu de son visage, le rendant humain, révélant un visage dur aux traits réguliers.

Le bruit empêchait toute vraie conversation, mais ce qu’il voulait était très clair pour Lucy, aussi clair que ses yeux. Débarrassés des lentilles de contact, ils se révélaient d’un spectaculaire bleu lagon translucide. Un regard hypnotique, sublime… dangereux.

Lucy songea qu’elle avait eu l’intuition de ce moment depuis l’épisode du tube de crème et la certitude qu’il se produirait quand, dans l’hélicoptère, elle s’était retrouvée contre lui avec ses doigts jouant sur sa peau. Il la voulait. Elle comprit aussi, sans un mot, qu’il lui laissait le choix. Ses mains étaient posées de chaque côté de son visage, contre la paroi. Il ne la toucherait pas si elle ne lui en donnait pas l’autorisation.

Après ces derniers jours, Lucy se sentait nerveusement vidée, sans force physique ou morale. Elle n’avait plus envie de réfléchir, de penser. Elle voulait se sentir vivante. Toutes ses émotions, ses peurs explosèrent en elle, prenant le contrôle, paralysant sa raison, ses principes. Lentement, la jeune femme hocha la tête, lui accordant tout ce qu’il désirait.

Un sourire apparut lentement, un vrai sourire qui, pour la première fois, atteignit son regard, creusant une fossette presque enfantine dans ce visage si masculin.

Doucement, il se plaqua contre elle, glissa la main dans son dos, sur ses reins, pour qu’elle se cambre contre lui, lui rappelant son involontaire provocation de l’autre matin. Il commença à la caresser, prenant son temps, glissant ses mains sous ses vêtements, sur son ventre, son dos, sa poitrine, taquinant les petites pointes qu’aucune lingerie ne protégeait… faisant durer ce plaisir sensuel, avant d’enfin l’embrasser. D’abord avec douceur, presque timidement, puis de façon de plus en plus appuyée. Il était doux, prévenant, mais il savait ce qu’il voulait et ce qu’il faisait. Sentant le désir croître dans son ventre, Lucy répondit à ses attentions avec une passion qui la prit par surprise.

« … c’est une romance qui va à 100 km/h, impossible de s’ennuyer et surtout impossible de le lâcher ! … addictif, original, bien écrit, les personnages sont attachants… » – Les Reines de la Nuit

« Dans la ligne de tir est un vrai coup de cœur en ce mois d’avril ! » – Winry

6 commentaires
  1. encore une excellente parution de pauline libersart. dès le début on est happé par le suspense, comment les survivants du crash vont-ils sortir de la jungle, et dans quel état ? ensuite, on est embarqué dans les montagnes russes de cette relation où chaque pas en avant est suivi d’un événement douloureux qui met les liens des personnages en péril, sans pour autant que ces contretemps paraissent artificiels.
    pauline a également su utiliser intelligemment les conventions du genre, ce qui donne une romance très agréable et prenante jusqu’à la dernière page, avec un personnage féminin plus fort qu’elle n’en donne l’impression au début, et un personnage masculin diablement attachant. dans la ligne de tir est un vrai coup de cœur en ce mois d’avril !

  2. Malgré un début qui m’a un peu embêtée, pour moi, la réelle histoire commence à l’hôpital. Jack parvient à être très attachant et Lucy est très sympathique, avec ce courage qui passe inaperçu mais qui est bien là. Je suis un (petit) peu déçue parce que je trouve que Melissa mériterait une histoire à elle toute seule. Ses peurs, ses réactions et le Saint… J’aurais adoré les voir un peu (voire beaucoup) plus.
    (J’ai un faible pour les Charles…)

    • Moi aussi, j’ai un faible pour Charles. Son histoire avec Melissa aurait mérité d’être racontée à part (je suis gourmande, j’ai adoré, j’en veux encore !)

  3. Je suis très heureuse que cette histoire soit appréciée. C’est l’un de mes textes qui me tient le plus à cœur pour des raisons liées aux circonstances dans lesquelles il a été écrit.
    Et encore merci pour vos retours, ils m’aident à m’améliorer.
    Pauline.

  4. Lu aussi, j’ai trouvé que l’histoire évolue beaucoup, on ne s’y attend pas. J’aurai aussi aimé une histoire à part pour Melissa et Charles (après c’est un thème qui parle à n’importe quelle femme je pense, ne serait ce que par empathie).
    Par contre, j’avoue que ce n’est pas un total coup de cœur. Il m’a semblé que certaines scènes manquaient un peu de crédibilité (avec le beau père de Melissa par exemple, les réactions de Mélissa aussi un peu trop exarcerbés, j’imagine qu’on apprend avec les années à mieux dissimuler un tel traumatisme, là c’est très très flagrant dès le départ) ou la manière d’aborder le sexe lors d’un handicap, je suis ravie que cela soit dans le texte, mais savoir si c’est si « simple »… Peut-être que cela soit plus progressif? Cela m’a paru plus facile à gérer que ça ne doit l’être. Même si le côté technique de tout ça n’est pas très « romance » j’en ai conscience. J’ai par contre beaucoup aimé la caractérisation des personnages, belle réussite de ce côté là.

Laisser un commentaire