Entretien avec Cécile Brun

Entretien avec Cécile Brun

JC : Bonjour ! J’ai eu le plaisir de te rencontrer en vrai. Lors de notre discussion, il m’est apparu que tu es une personne assez touche-à-tout (sans connotation péjorative), voyageuse, qui aime le changement. Que tu aies voulu écrire ne m’étonne pas ; mais pourquoi la romance ?
CB : Un classique du genre, Rebecca de Daphné du Maurier, a été mon premier livre de romance et à ce titre m’a particulièrement marquée. J’aime écrire des histoires d’amour qui semblent impossibles et qui pourtant se terminent bien ; n’est-ce pas une gageure à notre époque guère portée au romantisme ?

JC : Lorsque tu m’as envoyé le manuscrit de L’Ennemi adoré de Chionatée, il commençait par une présentation qui ressemblait à une consigne. L’idée de cet amour impossible vient-il d’un défi ou appel à textes ?
CB : Honnêtement, c’est au départ un appel à textes qui m’a mise sur la voie de cette histoire, bien qu’ensuite je ne l’aie pas poursuivi, la nouvelle ayant été prise avant !

Robert H. Mohlenbrock @ USDA-NRCS PLANTS DatabaseJC : D’où t’est venu l’idée du nom de « Chionatée », qui est assez original ?
CB : Je cherchais un nom qui soit le plus possible « réaliste » pour une fée, un prénom de fée, en fait. 🙂 « L’arbre à neige » Chionanthus, qui est à mon avis un arbuste féérique, m’a inspirée.Chionatee_petit

JC : Et qu’est-ce qui t’a inspiré l’univers de Chionatée ?
CB : Je ne saurais pas répondre à cette question, je voyais l’univers de Chionatée au fur et à mesure que je l’écrivais, j’avais l’impression de le décrire, qu’il existait dans une autre dimension ! Sinon pour la petite histoire, je suis une grande adepte des grottes et enfant, j’ai été confrontée à un incendie, notamment les murs de flammes que l’on retrouve dans l’histoire. 😉

JC : Avant cette nouvelle, tu as publié une romance historique, Un baiser de trop. Est-ce un sous-genre que tu as l’intention de continuer à explorer à l’avenir ?
CB : Non, je n’ai pas trop envie pour l’instant de réecrire un historique, j’ai éprouvé plus de plaisir à écrire de la fantasy !

JC : Travailles-tu actuellement sur un nouveau manuscrit ? Si oui, peux-tu nous en parler ?
CB : Je suis tentée par ton appel à textes : minimum 80 000 mots, un véritable défi pour moi, et j’hésite entre un contemporain ou une romance de sorcières !

La nouvelle de Cécile Brun, L’Ennemi adoré de Chionatée, est disponible chez tous les revendeurs.

1 commentaire
  1. Te connaissant, Cécile, tu es parfaitement capable de relever le défi, à condition de ne pas avoir le couteau sous la gorge! Après, mieux vaut un roman court réussi qu’une grosse daube.
    Pour le genre, je t’incite à écrire de la Fantasy, plus « tendance » que l’Historique.
    Hâte de découvrir Chionatée.

Laisser un commentaire