Entretien avec les auteures des deux nouvelles gagnantes

Entretien avec les auteures des deux nouvelles gagnantes

La toute première édition du concours de nouvelles des Éditions Laska a pris fin avant-hier. Aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous présenter les auteures respectives des deux nouvelles arrivées en tête du classement final ! Le nom de celle qui remporte la première place est Cindy Van Wilder, et elle a accepté de répondre à quelques questions :

JC : Bonjour ! Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?
CVW : Bonjour. Dans la vraie vie, je suis une presque trentenaire et je bosse dans le domaine de la traduction. Sur le Web, j’enfile souvent mes palmes pour naviguer dans la mare de CoCyclics, un forum d’entraide aux auteurs SFFF, où je me suis pas mal impliquée depuis quelques années. Sinon, je suis une grande lectrice et je chronique de temps en temps pour l’association « Callioprofs », une base de données pour la littérature jeunesse.

JC : Depuis quand écris-tu ? Qu’est-ce qui t’y a poussée dans un premier temps ?
CVW : Je vais servir la réponse bateau, à savoir que j’écris depuis mon enfance. Néanmoins, l’influence de CoCyclics d’une part, le soutien de mes proches d’autre part m’ont poussé à prendre mes scribouillages plus au sérieux. Je me suis d’abord lancée dans des appels à texte, toujours dans le domaine de la littérature de l’imaginaire, avant de m’atteler à la rédaction de mon premier roman en 2008.

JC : Que préfères-tu écrire ? As-tu déjà été publiée ?
CVW : J’ai publié quelques nouvelles dans divers fanzines et anthologies. Quant à ce que je préfère écrire, j’en reviens toujours aux littératures de l’imaginaire et en particulier, au fantastique ainsi que la fantasy. Ça n’a pas toujours été le cas, mais depuis le visionnage du « Seigneur des Anneaux » — une saga qui m’a complètement passionnée — je suis entrée de plein pied dans la SFFF et je ne compte pas en sortir !

JC : Venons-en au Serpentaire, la nouvelle gagnante de ce premier concours “Romance et bit lit”. Tout d’abord, félicitations ! T’y attendais-tu ?
CVW : Merci ! Et non, je ne m’y attendais pas.

JC : Peux-tu nous parler un peu du processus d’écriture du Serpentaire ? L’idée t’est-elle venue facilement ? Combien de temps cela t’a-t-il pris, quelles étapes ont été nécessaires ?
Serpentaire1_petitCVW : Je lis pas mal de fantasy urbaine et donc, quand j’ai pris connaissance du concours, l’intitulé m’a tout de suite plu. Je voulais cependant m’écarter de la combinaison habituelle vampire/loup-garou. Même si je les aime beaucoup dans mes lectures, j’avais envie d’exploiter un autre univers, d’autres créatures. Le personnage d’Izma m’est apparu ensuite. Je trouvais intéressant le fait d’exposer la vie, non pas d’une jeune femme, mais d’une mamie qui aspire à prendre sa retraite. Bien sûr, c’était avant que le destin s’en mêle…
Durant la rédaction, j’ai été très soutenue par plusieurs membres de CoCyclics — nous avons une section dévolue à encourager les auteurs se lançant dans l’écriture d’un roman — et ils m’ont aidée à tester mes idées concernant le développement d’Izma ainsi que sa relation avec Silaan. Un grand merci à eux !
Pour le temps, hum… comme je m’y prends toujours à la dernière minute, j’ai eu un peu de stress pour savoir si j’allais pouvoir l’envoyer avant la date limite. Je ne suis pas vraiment un exemple à suivre quand on parle d’organisation !

JC : L’univers fantasy est particulièrement construit et captivant. L’as-tu imaginé pour cette nouvelle ? As-tu écrit d’autres histoires ou comptes-tu en écrire d’autres qui se déroulent dans le même univers ?
CVW : Oui, comme je le disais auparavant, je l’ai construit tout particulièrement pour le cadre du « Serpentaire ». J’adore cette étape de la création, je peux m’y torturer les méninges dessus pendant des heures ! Pour écrire d’autres histoires dans ce cadre…. pourquoi pas, s’il plaît ?

JC : Enfin, évidemment : prévois-tu d’accepter le contrat d’édition des Éditions Laska ?
CVW : Excellente question ! Je n’ai pas encore eu le temps de le lire en entier, à vrai dire, mais j’ai très envie de collaborer avec les éditions Laska, ça va de soi !

Et l’’on continue immédiatement avec l’auteure de la nouvelle arrivée en seconde place, qui répond au nom de plume Xenja.

JC : Bonjour ! Parle-nous un peu de toi : qui es-tu ?
XenjaX2X : Bonjour ! Je ne vous ferai pas l’offense de répondre : personne ! Alors je vais essayer de parler un peu de moi. Pas qu’il y ait grand-chose de passionnant à dire, vu que je me sens contrainte de censurer les détails les plus croustillants de ma biographie !
Je vais souffler mes 33 bougies prochainement, en décembre. Je suis diplômée de l’université française La Sorbonne où j’ai suivi des études de langues slaves. Depuis ma plus tendre enfance, je me nourris de la puissance narratrice des mythes et des histoires à faire froid dans le dos. Je suis complètement accro et passionnée par le Fantastique sous tous ses aspects — c’est sans conteste mon genre de prédilection. La passion de l’écriture ne m’est venue que plus tardivement, mais elle est devenue aujourd’hui une compagne fidèle avec laquelle j’aime à partager des moments de solitude complice et passionnelle.

JC : Quand et comment es-tu venue à l’écriture ?
X : J’ai toujours été une lectrice vorace et enthousiaste, mais je n’ai rencontré ma plume que tardivement. Durant mes études, j’ai eu à traduire beaucoup de textes et c’est en soi une forme d’écriture, mais qui ne fait que très peu appel à la fibre créatrice. Je devais avoir une vingtaine d’années lorsque l’une de mes amies m’a demandé de lui écrire un petit quelque chose pour l’une de ses publications amateur. Je n’ai pas eu à cœur de refuser et je dois avouer que j’ai été la première surprise par les retours passionnés que j’ai reçus et que je continue à recevoir sur la Toile aujourd’hui encore ; ce qui m’a encouragée et poussée à continuer d’écrire et de partager mes textes.

JC : Quelle sont tes expériences d’écriture ? As-tu déjà été publiée ?
X : J’ai beaucoup écrit sur la Toile mais rarement des textes longs (j’entends par là plus de 15 pages). Je me suis surtout cantonnée au monde de la « fanfiction », si je puis dire, restant dans ce cocon anonyme mais rassurant. J’ai tout particulièrement pris plaisir à écrire sur le mythe arthurien, dont je suis une grande passionnée. Je n’ai donc jamais été publiée.
Ma décision de me lancer dans l’Écriture avec un grand « É » est donc très récente, elle remonte à septembre dernier. Cela fait des années que je ressentais ce besoin quasi-viscéral de donner vie à mes propres personnages, à mon propre monde, mais que je ne me sentais pas encore prête pour cela. Je me vois, aujourd’hui encore, comme un bouton de rose trop timide pour éclore. Je dois avouer que je manque terriblement de confiance en moi et que j’avais peur que mes écrits ne soient pas à la hauteur de mes espérances. Et puis, je me suis dit que c’était le moment ou jamais et je me suis lancée ! Je ne le regrette pas vu l’accueil chaleureux qui a été fait à ma nouvelle ! C’est comme si on avait déroulé le célèbre tapis rouge rien que pour moi !

GoingWild_petitJC : Les lecteurs ont désigné ta nouvelle Going Wild pour recevoir le second contrat d’édition offert par Laska, qui inclut 50 $ d’à-valoir. Qu’en penses-tu ?
X : Franchement ? Je ne me remets pas encore de ce succès. Il faut dire que je pensais avoir creusé ma propre tombe en contant une romance gay et en faisant une fin ouverte. Je suis si heureuse et reconnaissante envers toutes les personnes qui ont lu mon texte et l’ont apprécié. Je n’osais pas même imaginer un retour aussi positif (moi et mon cruel manque de confiance !). J’ai pris tant de plaisir à écrire Going Wild, à créer cet univers de loups-garous, à faire vivre mes propres personnages sous ma plume, que rien n’aurait pu me rendre plus heureuse que de savoir que le plaisir a été partagé. J’ai lu les commentaires laissés sur le forum de Láska concernant ma nouvelle et ils m’ont fait chaud au cœur, vraiment ! Savoir que certaines personnes décrivent la relation de Stephen et Jason comme crédible et belle est mon plus beau cadeau de Noël ! (Je conseille à ceux-là de rester bien au chaud chez eux à la prochaine pleine lune pour fuir le courroux d’Isabeau !)

JC : Je crois que Going Wild n’a initialement pas été écrite pour le concours. Peux-tu nous en dire plus sur la genèse de Stephen et Jason ?
X : En effet. Going Wild avait initialement été prévue pour le concours du salon français « Yaoi et Yuri » qui s’est tenu à Lyon en octobre dernier. Au vu des questions houleuses que soulève le mariage homosexuel en France ces dernières semaines, j’ai ressenti le besoin de faire entendre ma voix, mais à ma manière. Que l’amour soit hétérosexuel ou homosexuel, qu’importe ! C’est l’Amour, les liens qui se tissent et unissent deux personnes qui comptent et c’est ce que je voulais mettre en partie en avant dans Going Wild.
Pour en venir à Stephen et Jason, mon objectif étant d’écrire une romance gay, je savais que je devais créer deux personnages masculins attachants, différents et pourtant faits l’un pour l’autre. Jason est tout à fait le genre de personnages dont je suis fan ; le anti-héros imbuvable auquel on rêverait de refaire le portait s’il n’était pas si joli à regarder mais qui, dans le fond, quand on gratte bien la surface vallonnée de ruines, s’avère être profondément humain. Jason créé, il me fallait pour lui faire face un personnage de nature calme, fragilisé (pour que le côté protecteur de Jason fasse surface) mais pas moins fort psychologiquement (là où se trouve le talon d’Achille de Jason), et c’est ainsi qu’est né Stephen. Tous deux abimés par la vie, liés par la morsure, n’avaient plus qu’à apprendre à se reconstruire ensemble !

JC : La romance M/M ou yaoi est encore considérée comme un type marginal de romance, et la romance elle-même n’est pas toujours très considérée. As-tu été confrontée à des réactions négatives à l’encontre de tes thèmes d’écriture, et quelle est ton attitude par rapport à cela ?
X : Pour ma part, quelles que soient les remarques que l’on reçoive, quel que soit le type de textes que l’on écrive, le plus important est de prendre plaisir à écrire, d’offrir au lecteur ce que l’on a dans le cœur et dans les tripes ! Toute critique est bonne à prendre si elle est constructive et respectueuse, c’est mon opinion. Je n’ai jamais eu, pour ma part, de remarques désobligeantes ou traumatisantes mais je sais que je n’y échapperai pas avec un texte comme Going Wild. Mais je n’ai pas peur. Chacun est libre de ses opinions, tout comme je suis libre d’écrire ce qui se cache dans ma tête (et c’est un endroit effrayant, croyez-moi !) tout comme ce que j’ai dans le cœur.
Concernant la romance gay, que dire ? Si la romance est un sous-genre et le fantastique un sous-sous-genre (ils sont tous deux très dépréciés en France), la romance gay, elle, est au mieux marginalisée pour ne pas dire décriée. Personne n’ose vraiment prendre le risque de publier un roman qui met en avant un couple homosexuel, surtout pas les grandes maisons d’éditions. Je ne parle pas ici, bien sûr, des éditeurs gay/lesbiens, qui, pour leur part, oublient fréquemment l’Imaginaire au profit des biographies dans leurs collections. Dommage. Mais les mœurs changent, le monde change ! Et j’en ai eu la plus belle des preuves avec le résultat de ce concours !

JC : Enfin, évidemment : prévois-tu d’accepter le contrat d’édition des Éditions Laska ?
X : Évidemment ! Faire publier Going Wild serait pour moi une grande première, une belle réussite et un joli rêve devenu réalité. Je pense que tout auteur espère voir un jour l’un de ses textes publié ; Going Wild et les Éditions Láska resteront pour moi le « jour où tout a commencé ».

Merci à toutes les deux !

9 commentaires
  1. Félicitations à toutes les deux !
    Je suis ravie que ce soient deux de mes nouvelles préférées et agréablement surprise de savoir que c’est Cindy qui a écrit une d’elles ! Bravo !

    • Je suis ravie de pouvoir enfin te remercier en personne, alors: MERCI!
      Les commentaires que tu as laissés sur le forum m’ont fait très chaud au coeur. Être classée deuxième à ce concours est une très belle réussite pour moi, mais même si cela n’avait pas été le cas, tes messages à eux seuls m’auraient sûrement donné la motivation de retenter ma chance!

  2. Félicitations à vous deux ! Vous rentriez aussi dans mon classement de tête. Je vous souhaite les meilleures choses possibles pour votre nouveau parcours d’auteures.

  3. Merci à toutes deux et félicitations à ♠XenjaX♠ 😉

  4. Je tenais également à féliciter Cindy pour sa première place avec sa jolie nouvelle très colorée et animée par une héroïne de force et de charme comme on aimerait en lire plus souvent!

Laisser un commentaire