Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: 1 [2] 3 4
Auteur Discussion:Que penser de l’auto publication ?
Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 11/11/2012, 11:07
Citer

La seule auto-publication valable, c'est celle qui passe par un distributeur (je ne vois pas comment contourner le distributeur), mais qui n'ajoute rien de plus à la chaîne de l'auteur au lecteur.

Reste justement à trouver un négociateur pour cette démarche, s'affirmant que le faire de soi-même équivaut à un porte-à-porte soulant, car se révélant souvent mal considéré. Et puis, du moins en France, il faut prendre en charge l'approvisionnement et le risque des invendus, tout en facturant de façon légale...Donc investir... Et se déclarer en micro-entreprise.

Je suis d'accord avec Richard, pour admettre que la lecture numérique française, en est encore à balbutier.

Richard-
Arlain
... beaucoup
Messages: 56
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 11/11/2012, 13:08
Citer

Je pensais surtout à un distributeur au format numérique, comme Amazon (évidemment) ou Kobo, pour ne citer que les deux plus grands.

La lecture numérique française n'en est qu'à ses débuts. Certes, mais elle a assez bien décollé aux Etats-Unis, et cela a pris (presque ?) tout le monde par surprise. Il y a cinq ans, la lecture numérique était rigoureusement confidentielle. Aujourd'hui, elle représente 21 % des revenus de Simon & Shuster, apparemment :
http://www.thepassivevoice.com/11/2012/digital-21-of-revenues-at-simon-schuster-in-third-quarter/

Et vu que le Kobo Touch s'est apparemment assez bien vendu à Noël dernier (mais combien de cadeaux prennent-ils la poussière depuis, évidemment, ou ont-ils été revendus sur e-Bay...), les conditions sont en place pour un essor de la lecture numérique. La question qui reste, c'est celle de la culture et des mentalités : les Français (et autres francophones, naturellement, pardon) sont-ils réellement réticents à adopter l'e-book ? Je n'en suis pas sûr.

La technologie des liseuses est bien au point à présent, les options qu'elles proposent (choix de la taille de caractère, notamment) représentent un réel plus pour le confort de lecture. L'autonomie est largement suffisante. Et naturellement, il y a l'avantage de transporter des centaines de livres sans déformer sa poche. Je connais des personnes qui ont essayé une liseuse et ont trouvé l'expérience très satisfaisante ; leur lecture en a été démultipliée. Je n'ai pas entendu de personnes déçues ou moins que convaincues, pour l'instant.

Cela dit, si on écoute les acteurs habituels, visibles de la vie culturelle française, on pourra entendre que c'est l'apocalypse, la fin de la littérature, c'est dramatique pour les éditeurs, le Mal... mais ces réactions ont déjà eu lieu aux Etats-Unis, sans rien empêcher.

Roshieru-
Chan
... beaucoup
Messages: 78
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 11/11/2012, 13:20
Citer

Niveau distributeur, il y a aussi Immatériel (qui diffuse sur de nombreux services dont ibookstore, Amazon, Kobo, et bientôt d'autres), dont nous sommes très satisfaits au Petit Caveau. Je ne sais pas s'ils prennent encore des auteurs indépendants (je préfère ce terme à celui d'auto-publié), mais il me semble bien en avoir vu dans leur catalogue. En tout cas, le service est de qualité et je les recommande.

"Je veux bien connaître n'importe quoi, surtout si c'est recouvert de chocolat. Si ce sont des tablettes de chocolat recouvertes de chocolat, c'est encore bien mieux." Moi, dans un état normal.
[Mon nouveau blog en cours de construction]

Invité
... beaucoup
Messages: 106
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 11/11/2012, 18:11
Citer

Et l'auto-publication n'est pas *seulement* le livre numérique.

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 12/11/2012, 06:50
Citer

Richard, Côté culture et mentalité française, puisque, étant de ceux-là, j’hésite encore à passer à la lecture sur tablette, bien que le faisant par mon écran d’ordinateur… Je suppose qu’une fois achetée ma première tablette, je changerai d’avis à propos du support papier qui me procure encore l’effet d’avoir une œuvre artistique entre les mains… Et puis il me faut comparer lesdites tablettes, avant d’arrêter un choix.
« Cela dit » je n’ai pas pour habitude de me fier à un seul avis, et puis les éditeurs français font tous du business. Alors si le numérique peut permettre de lire enfin autre chose que des prix Goncourt dont certains s'avérent de qualité discutable, ce sera tant mieux !

Je note au passage le post de Roshieru-Chan, et suis la conversation de joannv en songeant que l'on aura encore longtemps besoin de contempler son oeuvre autrement... sans pour autant culpabiliser côté déforestation.

Invité
... beaucoup
Messages: 106
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 12/11/2012, 07:06
Citer

Citation de Richard Arlain le 11/11/2012, 09:29

L'auto-publication est encore marginale parce que n'importe qui peut se le permettre avec les plateformes d'impression et cela pose un tort à tous les autres qui travaillent réellement leur livre avant de le mettre en ligne (j'entends par là : qui se font corriger, qui ont une mise en page aux normes, etc.).

Pas sûr. Les auteurs indépendants capables de produire une couverture et une accroche (l'équivalent de la quatrième de couverture, mais comment la désigner sur un e-book ?) de qualité professionnelle ne seront pas forcément pénalisés par les œuvres indépendantes moches et mal fichues, puisque leur apparence offrira déjà les premiers gages de sérieux. Les livres sont, après tout, jugés sur leur couverture.

L'auto-publication ne se limite pas au livre numérique. De plus en plus d'auto-publiés se lancent dans le numérique pour des raisons évidentes (pendant un moment, j'ai envisagé de me lancer également et dans mon plan, les ventes numériques paieraient le tirage papier, même si cela devait attendre deux, trois ans avant réalisation), mais nombreux sont encore attachés au papier.
Et c'est bien beau d'avoir une belle couverture et une belle accroche (c'est aussi de cette façon que je suis attirée par les livres qui ne sont pas écrits par des amis et des connaissances). Mais si la lecture est laborieuse, la mise en page défectueuse, des fautes à tous les paragraphes, ce livre ne sera pas lu (du moins, pas terminé). Les apparences sont trompeuses parfois, et parfois, encore, ça ne pardonne pas.
Je ne sais pas pour vous (c'est un "vous" général), mais moi, en tant qu'écrivain, plus qu'être vendue, je veux être sûre d'être lue.

Citation de Richard Arlain le 11/11/2012, 09:29

Si je peux me permettre, (auto)publier son roman dans l'espoir d'intéresser un éditeur classique est comme se tirer une balle dans le pied. Les éditeurs (pour la plupart) cherchent des textes qui n'ont pas encore été lus/publiés. À moins, comme je le disais, d'avoir un gros buzz et de vendre des milliers d'exemplaires par le bouche à oreille, une fois mis en ligne, faudrait penser à un autre texte pour soumettre aux éditeurs que celui-là est déjà "condamné"

Pas sûr non plus. Les délais sont très, très longs pour les auteurs qui passent par une maison d'édition, facilement deux ans entre l'envoi du manuscrit et la publication effective, et c'est une estimation basse. Donc finalement, mettre une œuvre en ligne et attendre qu'elle attire des lecteurs n'est pas forcément plus lent... Enfin, c'est théorique. Le numérique est arrivé en France en Noël 2011 à peu près, il y a à peine un an (date à laquelle, du moins, les grands distributeurs culturels, Cultura FNAC Virgin, ont commencé à promouvoir les liseuses et à leur offrir des emplacements visibles sur les présentoirs). Trop tôt pour avoir des données concrètes.

Encore une fois, tu te limites au numérique. Je parle de l'auto-publication en général.

Citation de Richard Arlain le 11/11/2012, 09:29Ce qui est sûr, c'est que les Wool et autres Amanda Hocking français ne sont pas encore apparus (deux exemples qui ont connu le plébiscite en e-book et qui ont ensuite reçu une offre de l'édition traditionnelle). Compte tenu de la taille réduite du marché français, et de la résistance (présumée ?) des francophones à la lecture numérique, en existera-t-il ?

Comme je disais : ils ont eu un grand (géant) buzz. Les sagas de Hocking, Fifty Shades, etc., elles avaient vendu des MILLIONS au moment de signer avec des éditeurs. C'est une affaire de buzz. Tout le monde veut lire, savoir ce qui attire. Le plus dans cette démarche, ce sont les traductions, et là, c'est juste la folie.
Mais tu remarqueras que ce n'est pas le quidam qui a vendu trois exemplaires sur Lulu qui aura droit au sésame.

Invité
... beaucoup
Messages: 106
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 12/11/2012, 07:17
Citer

Richard, Côté culture et mentalité française, puisque, étant de ceux-là, j’hésite encore à passer à la lecture sur tablette, bien que le faisant par mon écran d’ordinateur… Je suppose qu’une fois achetée ma première tablette, je changerai d’avis à propos du support papier qui me procure encore l’effet d’avoir une œuvre artistique entre les mains… Et puis il me faut comparer lesdites tablettes, avant d’arrêter un choix.
« Cela dit » je n’ai pas pour habitude de me fier à un seul avis, et puis les éditeurs français font tous du business. Alors si le numérique peut permettre de lire enfin autre chose que des prix Goncourt dont certains s'avérent de qualité discutable, ce sera tant mieux !

Si tu crées un nouveau sujet, je pourrais te répondre longuement. 😉 Pendant longtemps, je ne me voyais pas avec une liseuse à la main. Mais ça, c'était avant. 😉

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 12/11/2012, 11:38
Citer

Si tu crées un nouveau sujet, je pourrais te répondre longuement. Pendant longtemps, je ne me voyais pas avec une liseuse à la main. Mais ça, c'était avant.

Effectivement: voici que je m'écarte du sujet (bien qu'il soit utile de parler des modes de lecture en cours pour choisir celui de la publication). Du coup je t'invite à débattre sur ce sujet qui m'intéresse aussi. Et pour ce faire, je m'en vais l'ouvrir en clonant mon message ci-dessus...

laurent.P
... beaucoup
Messages: 68
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 15/11/2012, 06:27
Citer

Le problème de l'auto-édition est qu'il n'y a aucune distribution qui suit. L'auteur doit se débrouiller, donc démarcher les libraires pour avoir une chance d'être lu. S'il possède un site internet, il peut capter quelques lecteurs supplémentaires. Il devra s'inscrire ou être invité aux salons du livre de sa région pour
augmenter son potentiel lecteurs. La dépense d'énergie en vaut-elle la peine ? Une bonne relecture et ré-écriture de son œuvre ne lui donnerait-elle pas la chance manquante auparavant, pour risquer le coup d'envoyer aux éditeurs (pas forcément les grandes maisons)son tapuscrit remanié ?

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Que penser de l’auto publication ?
le: 15/11/2012, 15:27
Citer

Finalement, je me demande si je ne vais pas attendre pour proposer l'ensemble de mon roman (trois livres d'environs 312 à 412 pages en A5) Les deux premiers ont été revus et corrigés au moins cinq fois. Quant au troisième, il est en cours d'écriture...

Pages: 1 [2] 3 4
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.067 secondes.

Laisser un commentaire