Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: 1 [2] 3
Auteur Discussion:Où sont les hommes ?
Richard-
Arlain
... beaucoup
Messages: 56
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 19/11/2012, 13:23
Citer

Pourquoi un homme ne pourrait-il pas écrire une romance ?

La question n'a pas lieu d'être. Un homme peut écrire de la romance. La question est, le veut-il ? et là, oui ou non, on peut demander pourquoi.

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 19/11/2012, 18:08
Citer

Le Pelleteur : Quelle position ? L'idée que la quasi-non-mixité a contribué positivement au développement de la romance ? C'est juste une théorie... Quant au "je n'ai pas hâte", il est un peu gratuit dans la mesure où il n'y a pas de crainte à avoir de ce côté-là, LOL. Je voulais juste me démarquer d'un autre avis qui consisterait à dire : "Ce serait bien que plus d'hommes lisent/écrivent de la romance !"

Kira : Oui, c'est vrai ! Bizarrement, dans les forums d'écriture, on ne voit pas beaucoup d'hommes qui expriment le désir d'imiter Marc Lévy (pourtant c'est un bon plan de carrière)... Tiens, ça m'intéresse d'avoir les opinions du Pelleteur, de Laurent et de Richard à cet égard. Lévy, vous en pensez quoi ? Pouvez-vous vous identifier davantage parce qu'il est un homme ? Ou au contraire... ?

Laurent : Euh, j'ai juste dit que le désert d'hommes n'était pas un manque, c'est tout. Les hommes sont les bienvenus en romance, mais en attendant, je n'ai aucun problème à ce qu'ils soient inexistants ou, comme c'est en fait la réalité, très minoritaires. Je n'ai jamais dit non plus qu'un homme ne pouvait pas écrire de romance. Il faut éviter d'opposer des cas individuels à des questions globales...

Et évidemment, ces questions seraient aussi à soulever du côté des femmes qui ne lisent pas de romance, surtout dans la francophonie, où on édite de la romance originale depuis peu. Vous n'avez qu'à lire les nouvelles du concours pour vous en convaincre : s'agit-il bien toujours de romance ? Dans certains cas, c'est discutable (à en croire du moins les lecteurs qui ont laissé des commentaires). La raison pour laquelle je les ai acceptées comme candidates est qu'elles entraient objectivement dans les règles : présence d'une histoire d'amour et retrouvailles des deux amoureux à la fin/résolution (temporaire) du conflit.

Cela dit, même alors que les codes minimaux sont respectés, on peut effectivement se demander : l'auteur cerne-t-il précisément ce que sont la romance et la bit lit en tant que genres bien établis ? Est-il habitué à en lire ? Parfois, on ne dirait pas (je ne vise personne, je parle dans l'abstrait)... Et quoiqu'on puisse défendre l'idée que toute différence est bonne à prendre, à un moment donné, si on veut écrire quelque chose de différent, qu'on l'assume et qu'on n'essaie pas de faire passer sous l'étiquette "romance" quelque chose qui refuse délibérément de s'y conformer.

Ce n'est pas parce qu'il existe un nouvel éditeur qui cherche des manuscrits en romance que l'on peut s'improviser écrivain de romance. Si c'est le début d'une nouvelle passion, alors génial ! On a le droit de venir à la romance par tous les chemins.

Mais si c'est une tentative de redéfinir/modifier de l'extérieur un genre à succès que ses lecteurs aiment tel qu'il est (du moins tel qu'il peut être), alors non... C'est cela qui me gênerait à travers un investissement massif et soudain des hommes dans le marché de la romance (les hommes ne lisant pas de la romance en masse). Cependant, comme je l'ai dit, ce n'est pas près d'arriver. 😉

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

laurent.P
... beaucoup
Messages: 68
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 07:02
Citer

Je me suis mis à lire ce genre de lecture il y a trois ans environ, par le biais de mon épouse. J'ai essayé pour voir, car j'avais beaucoup d’aprioris (style cul-cul-la-praline). J'en ai lu une, puis deux, puis trois, etc. J'avoue que j'y ai pris goût. Je ne lis pas que cela, mais de temps à autre, je l'apprécie.

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 10:49
Citer

Dans ce cas, un homme a-t-il encore la possibilité de donner son opinion dans ce forum ?

Je dois reconnaitre que cette réaction de jeanne a carrément verrouillé un sabot de Denvers à mon sentiment de poète sensible à tout. Pourtant, je sublime tant la femme qu’elle passe en premier dans tous mes écrits. Ma trilogie romantique & fantastique « Le Pelleteur de Nuages » en est la preuve, car le tome I précise en sous-titre « Les Dames de la Forêt ardennaise » (même la forêt est une entité féminine) quant au second tome je l’ai sous-titré Habygâ (c’est une déesse de lumière née sur la terre).
J’avoue que suite à cela ma participation est passée de deux heures/jour (appréciation des textes du concours comprise) à un bref passage d’information.

laurent.P
... beaucoup
Messages: 68
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 12:35
Citer

"Tiens, ça m'intéresse d'avoir les opinions du Pelleteur, de Laurent et de Richard à cet égard. Lévy, vous en pensez quoi ? Pouvez-vous vous identifier davantage parce qu'il est un homme ? Ou au contraire... ?"

Écrire comme Lévy n'est pas dû à tout le monde. Qui pourrait avoir cette prétention ? "Le désir d'imiter". Pourquoi imiter ? Un(e) auteur(e) n'a t-il (elle) pas plutôt envie de s'exprimer de par lui-même, sans essayer de copier un style d'écriture? S'identifier: A qui ? Un autre auteur ? Certainement pas. J'estime qu'il faut garder sa propre personnalité et son propre style d'écriture.
Pour le plan de carrière, je vais parler pour moi puisque tu aimerais connaitre mon avis. Je n'ai aucun plan de carrière. J'écris pour le plaisir. 3 polars publiés à C.E, un prochain bientôt et je vais m'essayer à la romance; non pour me mettre au gout du jour, mais pour deux raisons. 1/ Cela fait un petit moment que cela me démange et que j'ai une idée de synopsis en tête. Je compte m'y atteler sérieusement, dès que mon quatrième sera paru 2/ En découvrant le site des éditions....... Laska (que j'ai découvert par hasard en me trouvant sur un autre blog de romances). Comme L.P.D.N, j'ai la vague impression qu'il y a une petite acrimonie envers les hommes. Sans rancune.

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 14:00
Citer

Tiens, ça m'intéresse d'avoir les opinions du Pelleteur, de Laurent et de Richard à cet égard. Lévy, vous en pensez quoi ? Pouvez-vous vous identifier davantage parce qu'il est un homme ? Ou au contraire... ?"

Si tu veux dire BHL, je te répondrai que je ne risque pas de m’identifier à lui : vu que je ne suis ni philosophe universitaire, ni un intellectuel agrégé d'écriture, mais tout juste un poète de quatre sous sans le sou ! Non, en fait, je peux tout de même me montrer un tantinet Rimbaldien… dans l’âme. D’ailleurs il se défendait d’être de ceux-là !

Et puis j’ai la ferme intention de garder ma propre personnalité d'écriture. Quitte à faire démodé, et dans le style « invendable » (mes romans sont entrecoupés de mes poèmes).

Quand à être publié ou pas : finalement, je m’en bats l’œil !
J’ai écrit près de trois-cents poèmes, une pièce de théâtre et entamé mon troisième bouquin… Tout ça pour le plaisir de bâtir des mondes différents que je crois parallèles à ceux que je juge trop matériels à mon goût.
Aujourd’hui ici, je serai ailleurs demain … je suis un pelleteur de nuages !

Richard-
Arlain
... beaucoup
Messages: 56
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 16:18
Citer

Marc Lévy est-il "imitable" ? (en fait oui : Pascal Fioretto l'a pastiché dans Et si c'était niais) Je ne sais pas comment il a été découvert et lancé, mais je tends à penser que chaque trajectoire d'écrivain est unique. Pas de cursus honorum en la matière, pas de chemin précis, chaque auteur trace le sien ; la plupart du temps en aveugle. "Faire du" Marc Lévy ne permettrait pas d'obtenir les mêmes résultats que lui. Au meilleur des cas, ce serait une manière fiable de devenir... nègre de Marc Lévy.

Au passage, mon avis sur Marc Lévy : je suis heureux qu'il existe. Pour survivre, la lecture (la lecture en tant que loisir) a besoin de lecteurs, de vrais lecteurs, des gens qui achètent des livres, qui les aiment, pas des critiques littéraires ou des diplômés de lettres. Je suis, sans réserves, pour une littérature populaire. Je ne lis pas Lévy et je ne crois pas que j'aimerais, mais heureusement qu'il y a au moins deux ou trois écrivains français sur les affiches du métro. En tout cas, je ne m'identifie pas à lui 🙂

Je partage l'impression, à la lecture des premières nouvelles du concours, que plusieurs participant(e)s n'ont en effet pas compris ce qu'est une romance (un genre fondamentalement optimiste et positif, pour commencer). Partant de là, je comprends que Jeanne soit préoccupée. Les Editions Laska veulent se consacrer à la promotion de la romance, un genre foisonnant, riche, et clairement défini. Un genre vivant certes, et en évolution permanence, mais tout de même bien identifiable.

Se présenter sans connaître le genre, sans en avoir un minimum la culture et les références, c'est cavalier. Léger. On n'a pas écrit une romance juste parce qu'il y a une histoire d'amour dedans. Le genre a ses codes, ses monuments, ses tropes. Et, pour reprendre les mots de Jeanne, c'est

un espace de liberté sans pareil (...) sans (...) regard masculin

Je tronque, et je dénature peut-être un peu, mais c'est une spécificité de la romance qu'elle s'est construite très largement sans présence masculine. Cela fait partie des choses qu'un explorateur de la romance devrait comprendre très vite pour s'orienter. Et pour ne pas s'offusquer de remarques comme cette "tradition féministe qui revendique les espaces non-mixtes". La tradition n'est pas l'instant présent ; elle aide à comprendre le contexte.

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 20/11/2012, 18:33
Citer

Citation de laurent.P le 20/11/2012, 07:02
Je me suis mis à lire ce genre de lecture il y a trois ans environ, par le biais de mon épouse. J'ai essayé pour voir, car j'avais beaucoup d’aprioris (style cul-cul-la-praline). J'en ai lu une, puis deux, puis trois, etc. J'avoue que j'y ai pris goût. Je ne lis pas que cela, mais de temps à autre, je l'apprécie.

Ça, je le sais déjà. 😉

C'est pourquoi, encore une fois, vous n'avez pas à vous sentir visés par ma contribution. Je répondais au sujet du fil, qui concerne les hommes en général, et même plus précisément, les hommes qui ne sont pas déjà sur le forum, donc par définition : d'autres que vous.

Sinon, par "imiter", je ne parlais pas de pastiches, cela va de soi. Je pensais à un modèle, une inspiration, que ce soit d'ailleurs dans ses textes eux-mêmes ou, éventuellement, simplement son public, son type d'histoires. Je sais pour ma part qu'il y a des auteurs qui m'inspirent, et dont j'aimerais imiter l'esprit, l'inventivité (le succès ? LOL)... à ma sauce, évidemment ! (Pas dans un futur proche, vu que je n'écris pas actuellement.)

Je ne sais pas comment répondre à l'accusation d'acrimonie sans créer un autre malentendu. Je voudrais juste rappeler que je m'inscrivais dans la perspective d'une littérature depuis toujours dominée par les hommes. Qui peut me reprocher de me réjouir que les hommes ne dominent pas la romance ?

L'égalité homme-femme dans l'industrie de la littérature jeunesse : un beau conte de fées
Cet article est vraiment très intéressant. La littérature jeunesse est un "genre" dominé numériquement par les femmes, or les prix et l'attention médiatique, et donc probablement les ventes, sont raflés par les hommes... Remarque très pertinente qui s'applique aussi à la romance :

3) Victimes d'un autre préjugé, celui qui fait croire que l'homme est plus créatif, plus intelligent et surtout plus sérieux que la femme, on tend à préférer les créations signées par les hommes, surtout dans le domaine de la littérature jeunesse que l'on cherche à 'valider' auprès des milieux culturels plus 'élevés'. Primer des oeuvres d'hommes garantit inconsciemment la chute du 'mignon' et la montée du sérieux dans notre domaine de prédilection. Si les hommes s'y attachent, c'est que c'est un art et non pas un hobby.

La critique littéraire est-elle sexiste ?
Research shows male writers still dominate books world
Literature's gender gap

Sonya Dorman, a contemporary short story writer and poet, speaking of a story of hers published in 1970, writes:

I just received, in the same mail as your letter … a fan postcard, saying he liked Bye Bye Banana Bird & Heinlein couldn’t have done it better.
Goddamn it. HEINLEIN COULDN’T HAVE DONE IT AT ALL.
I am now joining N.O.W., W.O.W., P.O.W. & any other anti-establishment (the Establishment is male, of course) group that’ll have me.

(Joanna Russ, How To Suppress Women's Writing)

Ce n'est pas moi qui invente le fait que dès que l'on fait entrer les hommes quelque part, les hommes s'en emparent ! Heureusement, en romance, ils sont si minoritaires que cela ne saurait être le cas.

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Le-
Pelleteur-
de Nuages
... beaucoup
Messages: 54
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 21/11/2012, 05:03
Citer

Ce n'est pas moi qui invente le fait que dès que l'on fait entrer les hommes quelque part, les hommes s'en emparent ! Heureusement, en romance, ils sont si minoritaires que cela ne saurait être le cas.

Les citations sont ce qu'elles sont: facile d'inversion. Tout dépend de ce que l'on veut mettre en exergue.

Ainsi (je cite) pour Romeo et Juliette: drame romantique de William Shakespeare

"Les personnages de Roméo et Juliette apparaissent pour la première fois dans une nouvelle italienne de Luigi da Porta (1485-1529) qui reprenait un sujet déjà développé dans un récit du Novellino de Masuccio de Salerne et traité ensuite par Matteo Bandello dans l'une de ses Nouvelles. Mais c'est la pièce de Shakespeare qui fit de Roméo et Juliette 2 personnages universels."

Rien que des auteurs hommes!...

Invité
... beaucoup
Messages: 61
Permalink
Publier Re : Où sont les hommes ?
le: 21/11/2012, 06:31
Citer

Les hommes et les femmes ayant une vision de l'amour assez différente, ils écrivent donc différemment. Mais dans la romance je pense qu'il y a de quoi plaire aux deux sexes ! Moi aussi j'avais des a priori contre la romance car je ne suis pas de ces femmes qui rêvent d'être une princesse et de rencontrer le prince charmant !
Pourtant j'ai trouvé dans la romance tout ce que j'attendais d'un bon livre. L'amour bien sur, du point de vue féminin mais aussi masculin, l'aventure, le frisson, le suspense, la fantaisie, bref tout ce qui fait un bon bouquin. Evidemment, les héros de romance sont souvent des hommes de rêve (ou il le deviennent à la fin) ce qui peut agacer. Le fait que ça finisse toujours bien peut aussi desservir le genre, les hommes écrivent de très belles histoires d'amour mais elles finissent souvent mal, comme pour rassurer le lecteur : On vient de vous servir 200 pages de bons sentiments, de soupirs langoureux alors il faut se rattrapper en tuant les personnages par exemple !

Pages: 1 [2] 3
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.046 secondes.

Laisser un commentaire