Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: [1] 2 3 4
Auteur Discussion:Faut-il lire dans le genre qu'on écrit ?
Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Faut-il lire dans le genre qu'on écrit ?
le: 22/03/2013, 12:26
Citer

Voilà, je reçois énormément de manuscrits de gens à qui je dois expliquer ce qu'est la romance.

Et je ne parle pas uniquement des gens qui envoient leurs manuscrits au hasard et qui ne bronchent pas quand je leur réponds un simple : "votre texte ne correspond à notre ligne éditoriale". Je parle des gens qui entrent dans des débats avec moi pour essayer de me convaincre de leur définition de la romance.

Passons sur le fait que c'est étrange en soi (ils savent mieux que moi ce que j'ai envie de publier ? OK...), la romance n'est pas un truc fourre-tout dont chacun peut donner sa définition. En fait, ce qui m'étonne le plus, dans tout ça, c'est que des gens pensent pouvoir comme par magie s'inscrire dans un genre qui leur est inconnu. "Je ne sais pas ce qu'est la romance, mais si je devais écrire quelque chose que j'imaginerais entrer dans ce genre, voilà ce que ça serait."

Je trouve ça extrêmement désinvolte. Quand j'ai décidé que j'allais essayer d'écrire de la romance, j'ai commencé par en lire. Déjà, il me semble qu'on apprend d'abord à écrire en lisant, en analysant consciemment ou inconsciemment ce que les autres font. Croire qu'on va débarquer comme une fleur et inventer la poudre, ça me paraît très présomptueux.

Mais surtout, cela est d'autant plus vrai dans les littératures de genre, qui se caractérisent par des schémas que les lecteurs attendent. Si vous voulez écrire un truc étrange qui n'a jamais été écrit avant, sans doute pouvez-vous vous passer de modèles. Mais à partir du moment où vous voulez être publié dans un genre et plaire aux amateurs du genre, vous allez bien devoir vous cultiver un peu...

Qu'en pensez-vous ?

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 22/03/2013, 17:15
Citer

Je n'écris pas dans un genre spécifique : j'écris mon histoire puis mes alpha-lecteurs me disent ce que c'est (je n'exagère pas). Littlejohn est donc une romance sans que j'aie l'idée d'en écrire une, sans que ce soit mon genre de prédilection. Alors s'il y a des écrivains comme moi, ça ne m'étonne pas réellement (je ne parle pas de ceux qui envoient leurs textes sans lire la ligne éditoriale).

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 23/03/2013, 07:02
Citer

Je pense que si on veut s'inscrire dans un genre il faut le connaître, et bien le connaître ! Il faut donc en avoir lu. Quand on envoie un manuscrit à un éditeur généraliste on a une certaine marge de manoeuvre mais quand on l'envoie à un éditeur spécialisé il faut respecter sa ligne éditoriale ! Si l'éditeur publie des livres jeunesse ou de la SF ou du polar, inutile de lui envoyer une romance historique (et vice versa) ça parait logique non ? Hélas, les gens ont une idée de la romance souvent caricaturale ou erronée. Tout comme Jo Ann j'écris d'abord ce que j'ai envie d'écrire, ensuite quand il s'agit de définir le genre...je suis souvent embêtée. "Le marquis" n'était pas une romance au départ, il lui manquait un happy end. ça n'est pas non plus un time travel classique car il n'y a pas d'aller retour dans le temps. Ce n'est pas fantastique non plus (en tout cas pas assez pour attirer les lecteurs du genre) Quant à mes autres écrits c'est un peu pareil, je ne sais où les situer ! 🙂

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Richard-
Arlain
... beaucoup
Messages: 56
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 23/03/2013, 18:26
Citer

Je me pose plutôt la question à l'envers : écrire dans un genre que je lis ?

Je ne pensais pas écrire un jour de la romance, même quand je me suis mis à en lire. Mais à force d'en lire, c'est venu tout seul. Un jour, j'ai eu une idée valable, je me suis lancé et à la fin j'avais écrit une romance, sans y avoir réfléchi.

Un genre, c'est d'abord un paysage que l'imagination d'un lecteur visite. Au début ce lecteur s'y émerveille de ce qu'il y trouve, et il s'avance, séduit, puis il y revient pour retrouver un décor familier et de bons souvenirs... Et si ce lecteur est écrivain, il me semble évident qu'il va essayer de construire un petit truc dans ce paysage où, de visiteur, il va devenir bâtisseur.

Alors, plus que "lire dans le genre qu'on écrit" (et peut-être l'étudier), il s'agit à mon avis d'écrire ce qu'on aime lire.

Evelyne
... beaucoup
Messages: 113
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 07:01
Citer

Je pense qu’il est utopique d’espérer écrire en s’inscrivant dans un genre, sans le connaître à minima. La découverte bâtit des schémas plus ou moins conscients, que l’on va soi-même emprunter. Cet aspect est bien imagé dans le post précédent de Richard, et je m’y retrouve entièrement.

A mon sens, la question qui en ressort est : doit-on écrire en s’inscrivant dans un genre ? Pour des raisons de visibilité et de mise à disposition d’un produit « calibré », je répondrais que c’est préférable C’est une réflexion très marketing, et j’imagine fort bien certains d’entre vous déjà grincer des dents ^^. Mais bien que je le déplore, l’écriture et l’imaginaire font bel et bien parti des biens de consommation, à partir du moment où ils sont associés à une transaction financière, aussi minime soit-elle, et donc, régi par les lois du marché, n’en déplaise aux doux rêveurs de tous poils, dont je grossis pourtant les rangs ^^.

Mais ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit. On peut tout à fait écrire en lâchant totalement la bride à sa liberté d’expression, sans viser de genre particulier au départ. On écrit en se laissant porter par son imaginaire, au fil d’une histoire qui sans nous échapper nous ouvre parfois des portes imprévues. Ensuite seulement il en ressort une orientation générale. A l’auteur de la cerner, avant d’adresser son manuscrit à un éditeur.

Comment concilier les deux ? En premier lieu, en ne se trompant pas d’éditeur lorsque l’on adresse un manuscrit. Le fait qu’un roman ou une nouvelle mêle plusieurs genres, n’est pas rédhibitoire à mon avis. Au contraire, c’est à mon sens un terreau de renouvellement, qui évite justement qu’un genre ne se sclérose dans un style et des orientations trop figés. A de rares exceptions près, même si un écrit mélange plusieurs genres, il est rare que l’un d’entre eux ne se dégage pas en priorité. Personnellement je suis comme Manon, je m’inscris rarement en droite ligne dans un genre unique. Et si je prends énormément de plaisir à écrire de la romance, ce n’est pas pour autant que j’ai renoncé aux drames ou à l’aventure, chacun de ces autres genres mêlant souvent aussi de la romance, mais à des doses plus faibles. D’un autre côté mes romances sont rarement romantiques pour n’être que romantiques. C’est déjà arrivé, mais je suis la première à trouver qu’elles manquent d’un petit quelque chose dans ce cas-là.

Nom d'auteur: Eve Terrellon

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 08:22
Citer

Lorsque j'ai (re)commencé à écrire, je n'avais aucune intention de soumettre mon manuscrit. J'écrivais pour le plaisir, parce que j'en avais besoin, c'est tout.
L'inspiration me vient souvent de mes lectures, en fermant un livre je me dis : "Tiens, voilà un genre qui me plait bien, qu'est-ce que je pourrais bien faire dans ce genre là?" et c'est parti !

Je ne me laisse jamais influencer par les modes, par ce qui a le vent le poupe car j'ai vécu assez longtemps pour savoir que les modes ça se démode ! Je suis venue à la romance après avoir découvert la romance historique que j'ai trouvé moins difficile à écrire qu'un roman historique classique où la plus grande part est faite à l'Histoire et pour lequel il faut avoir de grandes connaissances ou faire de longues recherches.
Ma première romance historique je l'ai proposée à un concours et là il a fallu trouver une catégorie dans laquelle le ranger. Roman historique ou roman sentimental ? N'ayant pas osé le mettre dans la catégorie historique je l'ai mis avec les romans sentimentaux.
En fait ce n'était ni l'un ni l'autre, c'était une romance historique (ou pas ?)mais aussi un roman régional (il se déroule en Picardie) Compliqué tout ça ! Peut-être que si je l'avais écrit en visant un éditeur il aurait été plus connoté. Je l'ai écrit comme je le sentais, sans me poser de questions, en toute liberté !

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Evelyne
... beaucoup
Messages: 113
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 09:28
Citer

Et je trouve que tu as tout à fait raison Manon. Je ne faisais que dénoncer un fait, que l’on ne peut pas totalement obnubiler à partir du moment où l’on décide de présenter quelque chose dans un cadre plus ou moins défini. Si on a la chance de déjà posséder un écrit qui rentre dans les clous tant mieux, sinon, et que l’on décide de participer à un concours par exemple, il faut tout de même bien formater un tout petit peu ^^. Ce qui ne limite absolument pas la liberté d’écrire comme on en a envie, quand on en a envie, et ce qu’on a envie par ailleurs. Et surtout pas de faire quoi que ce soit sous la contrainte, c’est clair ^^. L’effet de mode étant aussi un élément dont je ne me suis jamais souciée, mais qui a certainement une influence quelque part, si l’on considère le nouvel essor des vampires et autres loup-garou après Twiligth ou le vent d’érotisme qui souffle d’autant plus fort depuis Fifty Shade of Grey. Manque de bol pour moi, je n’entre dans aucun des deux genres ^^.

Nom d'auteur: Eve Terrellon

SuzanneRoy
... passionnément
Messages: 183
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 10:34
Citer

Moi, c'est l'inverse. J'écris ce que je ne lis pas et ce que j'ai envie de lire. Pendant des années, je n'ai rien lu en romance (études universitaires oblige). Je ne m'y ai remis que dernièrement (un peu excessivement, j'en conviens). Et il n'y a qu'un bouquin où le ton m'a fait dire: ah oui, ça... c'est exactement le genre de ton que je voudrais pouvoir atteindre quand j'écris. Pas l'histoire ni rien, juste le ton.
De toute façon, écrire quelque chose qui ne me tient pas éveillée la nuit ou qui ne hante pas mes rêves, autant dire que je ne l'écrirai pas.

mon blogue . twitter

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 13:33
Citer

La première fois que j'ai écrit de la fantasy, je n'en avais jamais lu. C'est quand j'ai terminé mon chantier que j'ai commencé à voir ce qu'on faisait dans le genre.
Comme ma romance : j'avais écrit un roman autour de la honte d'un personnage, j'écris surtout des trucs psychologiques (et les fins ne sont pas toujours celles qu'on veut), donc quand on m'a dit (Suzanne était dans le "on" ;-)) que c'était une romance, ça m'a surpris parce que je ne visais pas le genre.
Donc ce n'est pas obligatoire de lire ce qu'on écrit, le tout est de s'en informer, peu importe le moment. 😉

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re: Faut-il lire dans le genre quon écrit ?
le: 24/03/2013, 20:19
Citer

Vous avancez tous des arguments sensés, qui me font (re)réaliser à quel point les approches sont diverses en écriture. J'en viens même à me demander si mon propre point de vue est valide en tant que point de vue d'auteur ; je crois que la façon dont je vois les choses explique en réalité que je me retrouve précisément éditrice et non auteure. 😀

Par exemple, je n'arrive pas à concevoir qu'on écrive pour soi-même. Pour moi, il y a d'emblée dans l'écriture un engagement vis-à-vis d'un lecteur, même anonyme. En littérature commerciale, le but est de lui plaire et de lui faire passer du bon temps. Dans d'autres types de littérature, cela peut être de lui transmettre un message, une connaissance... Je simplifie, parce que les deux ne s'excluent pas, mais bon. En gros, si on veut que les gens nous écoutent, il faut commencer par s'adresser à eux.

Richard, il est clair qu'on ne peut pas écrire ce qu'on n'aime pas. Mais écrire ce qu'on aime lire n'a rien de naturel ou d'évident, à mon avis. La plupart du temps, on ne fait pas ce que l'on aime, mais ce que l'on est capable de faire. Mes auteurs préférés tous genres confondus sont Salinger et Gombrowicz, mais ça fait longtemps que j'ai abandonné l'illusion d'écrire comme eux.

Du coup, je me suis rabattue sur la littérature commerciale, la romance en particulier. Et là, rebelote : on se rend compte qu'il y a des auteurs très doués qu'on n'égalera sans doute jamais, alors on se rabat sur des styles qu'on juge plus abordables par rapport à nos propres capacités. Bref, la vie est ainsi faite qu'elle nous donne des goûts qui ne sont pas forcément accordés à nos talents.

Jo Ann, le risque en faisant cela est de ne pas réussir à être édité ou de ne pas réussir à convaincre le lectorat. J'avoue que je ne vois pas pourquoi quiconque prendrait volontairement ce risque plutôt que de ne pas le prendre...

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Pages: [1] 2 3 4
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.041 secondes.

Laisser un commentaire