Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: 1 2 3 [4] 5
Auteur Discussion:L’infidélité en romance
Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 18/02/2014, 14:53
Citer

Ça me fait penser à la nouvelle de Marie (Sandra).
Son héroïne trompe son mari, mais lui laisse la responsabilité du divorce. Elle n'assumait pas sa part, était donc lâche à ce propos. Cela m'avait plus dérangée que l'infidélité (et ça me dérange pas mal).

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 18/02/2014, 16:44
Citer

A Manon : oui, c'est vrai qu'il ne faut pas aller dans l'autre extrême non plus. Il y a toute une variété de possibilités et ce qui fait la différence est peut-être tout simplement la manière dont le traite l'auteur.
Je pense à une fiction, comme ça. J'avais aimé le premier tome : l'histoire d'une femme qui se laisse entraîner dans une relation qui la détruit par un premier homme puis trouve finalement le vrai amour dans les bras d'un deuxième. Le sujet était bien traité, j'avais bien aimé. Le deuxième tome la mettait de nouveau face au premier et là 1) elle le trompait le gars bien, le gentil, avec lui et pas juste un peu : bien franchement (ok) 2) elle ne l'avouait pas à son compagnon, continuait à lui mentir et à avoir d'autres rapports avec cet autre homme (okay...) 3) elle se lamentait tout le temps, qu'elle était trop perdue, façon calimero mais sans rien faire à aucun moment pour changer sa situation (du genre bloquer l'adresse mail de l'autre au lieu de se dire "oh non, il m'a encore contactée, il me harcèle, c'est trop affreux, mais comme je suis stupide influençable, je vais quand même lui retomber dans les bras") (ça commençait à me rebrousser clairement les poils) 4) quand son mec finissait par l'apprendre, elle se victimisait d'une manière insupportable, avec tout le monde autour d'elle qui la plaignait, puis insistait à mort pour que lui aussi la trompe pour qu'ils soient à égalité... alors que lui ne veut pas du tout (donc égoïste et capricieuse). Il finissait quand même par accepter uniquement parce qu'elle insistait à mort et ne supportait pas d'être la seule qui... etc. donc pour lui faire plaisir, lui proposait à l'occasion de faire ça avec elle, donc une partie à 3 (du genre gentil, le mec !). Et, elle, elle faisait finalement une crise de jalousie au moment où ça allait arriver parce qu'elle ne supportait pas de voir son mec avec un autre et, en réaction, allait directement rejoindre l'autre mec avec qui elle s'envoyait direct en l'air en le rejoignant dans un club échangiste dans lequel elle s'envoyait aussi au passage d'autres gars.
...
Donc un personnage et qui j'ai finis par prendre totalement en grippe alors qu'il m'avait touchée dans le premier tome.
Donc bon. D'autres lecteurs ont adoré donc tout le monde n'est pas autant gêné que moi par ce genre de choses, mais moi ça m'a totalement gâché le plaisir et laissé le souvenir d'un bouquin à l'héroïne insupportable alors que j'avais bien aimé le début.

-
Mon blog. Mon facebook.

SuzanneRoy
... passionnément
Messages: 183
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 18/02/2014, 22:11
Citer

oui, mais là, tu ne parles pas d'une romance, Val 😛 Et on ne peut pas plaire à tout le monde! D'ailleurs, je trouve que tu caricatures un peu l'histoire, mais c'est normal de se projeter et de ne pas comprendre ce qu'on ne ferait pas, nous, dans la situation. Or, et heureusement, c'est l'auteur qui décide! (et je dirais même: les personnages, dans mon cas).
Et quand on voit des personnages infidèles chez Kundera, on n'en fait pas tout un plat, non plus (pourtant, ils sont tous infidèles). C'est la romance qui fait ça ou quoi?

mon blogue . twitter

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 19/02/2014, 03:12
Citer

Ah, tu vois quelle fiction c'est. 😉
Effectivement, j'ai un regard surement trop négatif dessus mais c'était justement la réflexion que je m'étais faite à ce sujet : l'histoire m'avait fait m'agacer tellement par rapport au personnage et à ses choix qu'elle m'était devenue totalement antipathique, désagréable, et ce ressenti m'avait fait vraiment basculer d'un "j'aime bien" à un "ça m'insupporte" et ce "ça m'insupporte" a surement été d'autant plus fort que je m'étais attachée jusque là au personnage.

Et bon exemple pour Kundera. ^^ Peut-être que les lecteurs sont moins ouverts à ce sujet dans la romance, oui, mais personnellement je pense plutôt à une question de traitement du sujet de l'auteur. Parce qu'il y a aussi Madame Bovary et d'autres. Et puis il y a aussi d'autres bouquins dans lesquels les personnages ont des actes carrément plus répréhensibles que ceux-ci.

C'est pour ça que je me dis que c'est délicat de faire avoir des actes à un personnage qui pousse le lecteur a devenir "juge" de ses actes. Pas qu'il ne faut pas le faire, mais que, voilà, si on ne veut pas que les lecteurs jugent ce personnages d'une manière trop négative (sachant que ce ne pourra jamais être tous les lecteurs, de toute façon), il faut un sacré bon traitement du sujet et l'auteur s'attaque donc là à quelque chose de très difficile.

-
Mon blog. Mon facebook.

SuzanneRoy
... passionnément
Messages: 183
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 19/02/2014, 08:13
Citer

Qu'on juge ou non, l'écrit est là pour ça, il n'appartient plus à l'auteur une fois publié (mais quand même, c'est lui qui a eu - et aura toujours - le dernier mot). Il y a des lecteurs qui ne veulent lire que ce qu'ils feraient, d'autres qui veulent s'en éloigner. Dans un polar, l'infidélité ne gêne pas non plus. Donc on se cantonne à la romance pour montrer ce qui est juste? Seulement, personne ne fait un parcours sans faute (ou alors, il est vraiment ennuyeux dans la vie). Je ne vois pas pourquoi on devrait se plier à cette règle.

Et dans le roman en question, qui n'est pas de la romance, je le précise encore, si le personnage ne retournait pas avec son ex, on aurait eu une version inachevée, car le gentil était vraiment fade, sans colonne, sans rien. La preuve, la plupart des gens voulaient qu'elle revienne avec l'ex. Mais pas l'auteure, apparemment. Et Bovary, on ne voit rien, du coup, on ne peut que présumer (enfin... moins maintenant, mais à l'époque...) Là encore, est-ce de la romance? Je crois qu'on juge ce genre beaucoup plus (trop) facilement.

De toute façon, tout est dans l'histoire. Si une oeuvre a besoin d'un chat, l'auteur le mettra. Après, il faut rendre la situation acceptable. Certains y arrivent mieux que d'autres. Des histoires d'adultère, j'en ai. Pas partout, mais ça peut convenir à plein de scénarios. Est-ce que Jeanne doit en faire une catégorie pour que tu n'aies pas à les lire? 😉 Pour ma part, la frontière est mince - je suis dans les corrections de ma prochaine parution Laska et... je joue dans la zone grise. (C'est peut-être ce qui me plaît le plus d'ailleurs, avec l'écriture, jouer avec les frontières).

mon blogue . twitter

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 19/02/2014, 11:39
Citer

Peut-être me suis-je mal exprimée, alors. On va le faire plus "cash" XD :
Si je lis une fiction (romance ou autre, ce n'est pas ça le plus important) qui me fait me dire concernant le personnage principal : "putain mais qu'elle est conne", ça ne va pas me plaire. Je ne lis pas des romans pour être totalement agacée par les personnages que l'auteur essaye de me faire aimer. Ou alors, il faut que le "qu'il/elle est con/conne" soit pensé avec affection, humour, sympathie... pas avec l'envie de renvoyer son roman à l'auteur en lui disant qu'il aurait pu travailler mieux que ça ses personnages.
Après, ça ne fait pas de ces bouquins des mauvais bouquins forcément (même si, dans ces cas-là, il y a généralement un certain nombre de lecteurs qui le pensent). Certains best-sellers sont de cet ordre. Ça ne fait pas non plus de mon ressenti une vérité universelle : ce n'est que mon ressenti personnel.
Ces bouquins-là n'ont pas non plus à m'être cachés : je suis tout à fait capable de faire seule le choix des bouquins que j'ai envie de lire ou non et également de refermer un livre si ce que j'y lis ne m'y plais pas.
Quant aux auteurs, ils sont tout à fait libres d'écrire ce qu'ils veulent. Mais il me semble sain de leur part de ne pas s'offusquer s'ils font faire à leurs personnages des actes qu'un certain nombre de lecteurs n'apprécient pas et que, effectivement, un certain nombre de lecteurs n'apprécient donc pas (logique ^^), même si certains auteurs sont tellement forts qu'ils peuvent tout faire passer (ex : G.R.R. Martin dans Game of thrones qui parvient à me faire apprécier tous ses personnages principaux, même les pires, mais je l'ai filé à mon père et ma sœur et ils ont abandonné avant la fin du premier tome donc, même pour lui, ça ne prend pas avec tout le monde non plus ^^).

-
Mon blog. Mon facebook.

SuzanneRoy
... passionnément
Messages: 183
Permalink
Publier Re: Linfidélité en romance
le: 19/02/2014, 12:04
Citer

Si je lis une fiction (romance ou autre, ce n'est pas ça le plus important)

Vrai, mais en même temps, je trouve qu'on juge beaucoup plus l'infidélité en romance que dans tout autre genre. Ce qui mérite quand même une petite réflexion, à mon avis 🙂

mon blogue . twitter

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re: L’infidélité en romance
le: 08/03/2014, 17:32
Citer

C'est vrai, Suzanne : la question (et les réponses) est spécifique dans le cadre de la romance, mais ce n'est pas un hasard à mon avis, ni parce que les lectrices de romance sont dans l'absolu "moins ouvertes" ou plus promptes à juger.

Tiens, je vais rebondir sur un commentaire que j'avais laissé passer :

Citation de Florence le 28/12/2013, 08:14
Et puis il ne faut pas se leurrer, ce n'est pas un mythe alors pourquoi faire comme si cela n'existait pas...

Juste parce qu'une chose existe dans la vraie vie ne signifie pas qu'elle a sa place dans une histoire, encore moins dans une romance. La particularité de la romance, c'est que ce genre impose d'emblée certains éléments de l'intrigue, et notamment un HEA (fin heureuse pour le couple) que 1) le lecteur doit désirer, et 2) auquel il doit croire. Si le lecteur pense que les héros ne méritent pas leur fin heureuse ou qu'ils ne tiendront pas un mois ensemble, c'est raté !

C'est, à mon avis, le risque en voulant construire des personnages trop "imparfaits". On crée une incohérence avec la fin obligatoire, qui donne par conséquent l'impression d'être plaquée, juste pour correspondre aux codes, au lieu de faire du sens à l'intérieur même de l'histoire.

Il y a des défauts ou des problèmes qui, selon moi, compromettent sérieusement les chances pour une personne de trouver le bonheur avec une autre dans une relation stable. On a beau vouloir croire que "tout le monde mérite l'amour", la réalité est justement plus cruelle. Si tu n'es pas à la hauteur, tu vas te faire dégommer... Il faut me convaincre en tant que lectrice qu'à la place du héros ou de l'héroïne, je voudrais faire ma vie avec cette personne qui, en l'occurrence, m'a trompée (ou qui a trompé son conjoint avec moi)... mais ça peut être n'importe quelle autre faiblesse que l'auteur a infligé à son personnage.

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Chloe F.
... un peu
Messages: 36
Permalink
Publier Re: L’infidélité en romance
le: 12/03/2014, 04:13
Citer

Même si le thème me semble vraiment très dangereux à manier en romance, je pense qu'on doit pouvoir en faire quelque chose de réussi avec une bonne dose de subtilité et d'intelligence dans le traitement des personnages et de l'intrigue.
Certes, en réalité, les histoires de tromperie, c'est cruel, mais quand on en parle, je repense toujours à l'histoire d'une de mes amies : ses parents se sont rencontrés alors qu'ils étaient mariés, ont entretenu une liaison, avant de divorcer pour se marier ensemble et fonder une famille. Apparemment, vingt-cinq ans plus tard tout le monde nage toujours dans le bonheur chez eux !
Il peut y avoir plein de raisons qui poussent une personne à l'infidélité, mais le boulot de l'auteur de romance qui veut exploiter ce thème, c'est de trouver les rares bonnes raisons qui pourraient faire passer la pilule.

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: L’infidélité en romance
le: 29/03/2014, 05:46
Citer

Bon je me rends compte que j'ai vraiment du mal avec ça. ^^ J'ai lu ton "Keram", Marie. J'ai adoré ! J'ai trouvé le style pimpant, le côté chick-lit très sympa. J'ai surtout beaucoup apprécié l'univers dans lequel tu nous plonges, avec la ville de Romans, toute cette histoire et culture autour des chaussures, de ce milieu et cette ville que tu connais très bien, c'est évident, et que tu nous présentes de manière ultra intéressante. J'ai passé sur le fait que, ben oui, je me doutais bien que le petit copain allait être évincé au profit du nouvel arrivant, et la première scène d'infidélité... et j'ai complètement décroché en arrivant à la scène de fiançailles.
Bon. Je dois être quelqu'un de très "moral" sur le sujet. XD
Je passerai donc surement sur "Le prince au petit pois" mais je lirai avec plaisir "Les Deux Visages de l’amour". 🙂

-
Mon blog. Mon facebook.

Pages: 1 2 3 [4] 5
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.047 secondes.

Laisser un commentaire