Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: [1]
Auteur Discussion:De l'importance des genres et de la couverture
Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier De l'importance des genres et de la couverture
le: 08/09/2013, 14:22
Citer

Je suis tombée hier sur un article qui m'a beaucoup intéressée, et qui intéressera sûrement tous ceux qui veulent mieux comprendre le monde de l'édition.

Il s'agit d'un article écrit par l'auteure Lauren Willig (dont une certaine Chloé m'a gentiment offert le premier roman 😀 ), qui retrace le parcours marketing du premier roman en question, The Secret History of the Pink Carnation.

Voici le lien : http://popularromanceproject.org/behind-scenes/4322

Pour celles et ceux qui ne lisent pas l'anglais ou auraient la flemme de lire tout l'article, voici ce que j'en retiens :

Au départ, Ms Willig pensait bien avoir écrit une romance et l'avait donc affublée d'un titre qui sonnait "romance" : A Rogue of One's Own. Elle l'avait aussi pitchée à son agent comme étant dans la lignée d'auteurs comme Julia Quinn et Amanda Quick, des grands noms de la romance historique légère. Son rêve était d'être publiée chez Avon, l'éditeur de romance historique par excellence (ce sont eux qui ont publié The Flame and the Flower, réputée pour être la première romance au sens actuel du terme).

Sauf que son agent a flairé une autre piste, et a réussi à le vendre à un éditeur de hardcovers qui voulait le publier en tant que... chick lit historique (un genre que Willig venait de créer à elle toute seule). Mais du coup, il fallait absolument changer le titre (trop "romance"), on mettrait la photo d'une jeune femme moderne sur la couverture, et surtout, il ne fallait jamais prononcer le mot "romance". Ce n'était pas une romance, c'était de la chick lit historique.

Sauf que la chick lit a fait long feu ; The Secret History of the Pink Carnation n'était même pas sorti que la chick lit ne se vendait déjà plus. Le mot était désormais banni, et l'éditeur qui avait acheté le manuscrit (qui ne publiait probablement pas de romance) s'est rabattu sur "fiction historique". Le livre de Willig est donc sorti sous cette étiquette, avec une nouvelle couverture et un résumé qui évoquaient adéquatement le genre.

Ce n'est qu'en 2009, avec un nouveau boom de la romance, qu'on a finalement proposé à Lauren Willig d'éditer son livre en paperback en tant que romance, avec une couverture "romance". Ci-dessous, les trois couvertures à travers lesquelles le texte est passé sans connaître la moindre réécriture.

Image

Tout ça semble un peu absurde et peut confirmer l'impression de certains que les étiquettes ne sont que des créations marketing vides de sens. Cependant, j'ai aussi atterri sur la page Goodreads du roman et, par curiosité, j'ai lu les premiers avis. Plusieurs d'entre eux sont en effet négatifs, et si on prend la peine de les lire, on s'aperçoit que les raisons sont les mêmes pour la plupart de ces personnes : 1) attentes déçues, elles croyaient tenir entre les mains une fiction historique et ont découvert une romance, et 2) la romance ne semble vraiment pas être leur genre préféré...

Les genres et les couvertures sont bien des questions de marketing, mais le marketing est crucial au succès d'un livre. Et surtout : pas seulement au fric gagné par l'éditeur (accusation lue très souvent), mais à la satisfaction du lecteur... Bien sûr, le marketing compte au niveau des ventes, car si un livre est mal markété, ou markété dans un genre moins populaire que celui auquel il pourrait prétendre, il va automatiquement perdre des ventes possibles. Mais le marketing est aussi là pour diriger les lecteurs vers ce qui les intéresse, et donc pour leur éviter de dépenser leurs sous sur un livre qu'ils n'aimeront sûrement pas. Le marketing bien fait et les étiquettes bien choisies, c'est gagnant-gagnant, et c'est ce que tout éditeur souhaite (car quand un lecteur est déçu, personne n'est content).

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 08/09/2013, 15:59
Citer

Je trouve que les genres sont nécessaires, bien sûr, ne serait-ce pour adapter sa lecture à son humeur du jour. Par contre, les multiples cases et autres surclassages me laissent de marbre. Je classe mes lectures selon quatre genres : contemporain - historique - fantasy - noir. Mais ce n'est que mon point de vue de lectrice/auteur.

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Chloe
... un peu
Messages: 35
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 08/09/2013, 19:14
Citer

Surtout que les romans de Lauren sont à peu près inclassables - l'histoire cadre est contemporaine et se rapproche de la chick lit, humour, première personne, une héroïne attachante et drôle, l'histoire principale est une romance historique mâtinée de beaucoup d'aventure et de sexy espions qui donnent au roman un côté "cape et épée" inspiré du célèbre Scarlet Pimpernel... à la BANQ, un des derniers romans de la série est rangé en "policier et suspense"....

Moi, c'est mon auteure chouchou... je lis tout tout tout ce qu'elle publie et j'adore tout tout tout! 😀

Marie
... beaucoup
Messages: 95
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 09/09/2013, 06:09
Citer

Oui, bien déterminer le genre est important, de manière à ne pas faire prendre des vessies pour des lanternes. Fictions historiques et romances historiques ne sont pas à ranger dans la même catégorie. Par exemple,mon Bâtard d'Aviz est un roman historique où l'intrigue sentimentale ne tient pas une place centrale et dont la fin est ouverte; alors que Les 2 visages de l'amour est une romance à contexte historique.

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 09/09/2013, 12:44
Citer

Il est parfois bien difficile de savoir où on se situe soi-même alors pour les autres...

Perso je me demande tout le temps dans quel genre, dans quel case entre le roman que je suis en train d'écrire. Bien que mes intrigues soient toujours prétexte à une histoire d'amour,mes romans ne sont pas pour autant des romances. Parfois, un petit détail peut faire la différence et faire basculer l'histoire dans un genre différent de celui dans lequel on croyait écrire (vous me suivez là ?)

Bien sûr il faut guider le lecteur dans cette jungle où il y a tant à lire ! La couverture et le titre sont déterminants. Mais il peut arriver qu'on soit abusé par une couverture et que ce qu'on prenait pour un roman historique soit en fait de la bit lit ou du paranormal, et inversement ! Ce qui fait qu'on est déçu (sauf si on découvre une perle, mais c'est rare !)

C'est vrai qu'il y a de plus en plus de cases et ça vient peut-être de la "fainéantise" des lecteurs qui veulent savoir illico où ils mettent les pieds et ne prennent pas le temps de lire le résumé ou de feuilleter le livre. Pour faire des découvertes, il faut garder l'esprit ouvert et ne pas s'arrêter à des détails qui ne déterminent pas à eux seuls si un livre est bon ou pas (première personne, époque, type de relation entre les personnages etc) En s'interdisant certaines choses on passe à côté de bons moments de lecture et c'est dommage. Après, on peut avoir ses préférences et se limiter à un genre pour ne pas trop faire grossir sa PAL ! 😀

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Evelyne
... beaucoup
Messages: 113
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 11/09/2013, 11:46
Citer

La classification par genre donne une clé intéressante aux lecteurs pour trouver ce qu'il recherche, mais à mon sens elle a deux revers. Le premier est de parfois les détourner de romans qui auraient pu les intéresser, mais qui n'ont pas été catalogués du côté de ce qui les accroche. Le second de nous obliger, nous, pauvres auteurs, de nous positionner dans un cadre ou dans un autre. Et tout comme Manon, je suis bien placée pour savoir que ce n'est pas toujours facile ^^. Ceci dit, globalement je suis pour la classification. Sans elle, je crois qu'il serait très difficile de s'y retrouver. Par contre, je suis beaucoup plus réservée lorsque je vois naître des sous-genres qui vont à leur tour engendrer des sous-sous-genres.

Concernant l'importance des couvertures, là je suis totalement d'accord. Pour une visuelle comme moi, c'est LA vitrine d'accroche. Bien sûr je choisirai un livre en fonction de son résumé, mais ce qui va m'attirer en premier, c'est la couverture. Au point de piocher parfois dans des catégories ou je ne vais pas habituellement. Parce que la couverture m'a attirée.

Nom d'auteur: Eve Terrellon

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 11/09/2013, 16:01
Citer

Concernant les couvs (j'avais oublié cette partie !), j'aurais été attirée par celle du milieu. La première ne me dit rien de l'histoire et la dernière trop cheesy pour moi...

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 24/09/2013, 11:16
Citer

Chloé : Effectivement. Mais de nos jours, il y a de plus en plus de romances qui incorporent des éléments d'autres genres, et s'il y a une constante que j'observe, c'est que les personnes qui aiment ces autres genres mais pas la romance s'estiment le plus souvent trompées et concluent : "beurk ! mais c'est de la romance !"

Jo Ann, c'est parce que tu n'es pas une lectrice de romance ! 🙂 Toute couverture de romance doit être plus ou moins cheesy, c'est à cela que la lectrice reconnaît son genre favori.

J'aime aussi la couverture du milieu esthétiquement, mais je suis forcée d'admettre que jamais je n'aurais acheté ce livre si je l'avais vu dans une librairie. Déjà, parce que je ne suis pas une acheteuse de hardcovers (j'haïs ça ! je les évite comme la peste), et puis je ne suis pas une acheteuse de fiction historique non plus.

Et Manon, pourquoi les goûts des lecteurs seraient-ils forcément de la fainéantise ? On a quand même le droit d'aimer certaines choses mieux que d'autres et de choisir ses achats en fonction... Pour ma part, il n'y a que la romance dans laquelle j'ose encore faire quelques achats spontanés (ie sans que l'auteur/le titre soit connu au-delà de son genre, un bestseller ou un classique), parce qu'il n'y a qu'en romance où je n'ai pas l'impression de perdre mon temps même avec un roman très moyen. Ce n'est pas le cas pour les autres genres, pour lesquels je deviens très difficile et j'ai très peu de patience. C'est la vie ; ce sont mes goûts. Je ne pense pas avoir l'esprit fermé pour autant, merci bien...

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: De limportance des genres et de la couverture
le: 24/09/2013, 20:44
Citer

Citation de Jeanne le 24/09/2013, 11:16
Jo Ann, c'est parce que tu n'es pas une lectrice de romance ! 🙂 Toute couverture de romance doit être plus ou moins cheesy, c'est à cela que la lectrice reconnaît son genre favori.

C'est vrai aussi ! 😛
Mais les couvs du Diable et Pour le meilleur et pour le pire (que j'adore) sont bien l'exemple qu'on peut faire du moderne, pas du tout cheesy, en romance. 🙂

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Pages: [1]
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.044 secondes.

Laisser un commentaire