Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: [1]
Auteur Discussion:La relation lectrice vs romances - témoignage
Roanne
... un peu
Messages: 36
Permalink
Publier La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 13/10/2013, 14:03
Citer

Suite à des discussions et à un article de Cindy Van Wilder posté sur son blog, j'ai écrit une série de 3 articles sur ma relation avec la romance.
Je relaie ici car, entres autres, les éditions Laska ont été une belle découverte en la matière et m'ont permis de me réconcilier avec le genre (même si je serai toujours enquiquinée par certains codes / clichés auxquels les parutions Laska n'échappent pas, en général - mais ça c'est une question de goûts et orientations personnels).

(mon titre de fil n'est pas génial, j'avoue que je manque un peu d'idée)

En tout cas, pour le 1er article, c'est par ici !

Marie
... beaucoup
Messages: 95
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 21/10/2013, 07:23
Citer

Moi aussi, certains codes m'exaspèrent: pas tous, heureusement, sinon je ne persévérerais pas dans le genre. Excellent article, en tout cas.

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 21/10/2013, 10:00
Citer

En lisant ton article je me dis que j'aurais pu l'écrire. C'est à peu près la relation que j'ai vécue avec cette littérature, sauf que moi je n'en avais jamais lu avant il y a cinq ou six ans. Les Harlequins genre "un patron trop séduisant" trop peu pour moi ! D'autant que j'ai été libraire et j'ai pu voir l'aversion des clients pour ce genre de livres et la honte de ceux qui en achetaient, c'était toujours pour une vieille tante malade ! Outre les couvertures que je déteste toujours (sauf celles des AetP ou des Milady) les scenario de ces romans choquait souvent la féministe qui est en moi. Malgré cela, comme toi, je me régalais de belles histoires histoires d'amour aux fins tragiques de préférence ! A travers les grands auteurs du XIXeme j'ai pris gout aux historiques mais Stendhal ou Balzac ça va un moment. Une approche plus moderne de l'amour, une plume féminine (ou pas), une plus grande place faite aux sentiments voilà ce que j'aime en romance. Seul bémol, je n'accroche toujours pas au contemporain mais je trouve mon compte dans l'historique.

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 21/10/2013, 14:26
Citer

Personnellement, j'avoue que je n'avais jamais ne serait-ce qu'ouvert une romance avant mes 21 ans. Parce qu'en France, on les cache : ils ne sont pas en librairie, ni en bibliothèque (en fait, ça dépend lesquelles, mais pas dans celles que je fréquentais). Personne dans ma famille ni dans mon entourage n'en lisait.

Je l'avoue, les deux premiers titres que j'ai lus en romance ne m'ont pas plu. J'avais effectivement l'impression d'y retrouver les clichés auxquels on s'attendrait dans le genre. Puis j'ai lu Only a Duke Will Do, de Sabrina Jeffries, et puis d'autres encore dans la foulée, et ce qui m'a frappée, ce n'était pas qu'on pouvait sortir des codes et des clichés, mais au contraire, être frais, original et intelligent tout en respectant ces codes et en reprenant certains de ces clichés. C'est de là que viennent mon intérêt et ma vision de la romance.

Sinon, je me suis abreuvée de Rock&Folk quand j'étais adolescente (ceux qui ont lu comprennent l'état d'esprit dont je parle : très snob à un niveau très décalé), et j'en ai gardé un goût unapologetic pour tout ce qui est kitsch, sous-culture, mal vu, voire jugé honteux par la plupart des gens. Ah, et le fait que l'apparence, ça compte énormément. 😛

J'ai commencé à lire de la romance à une époque de ma vie où je me trouvais dans une relation dysfonctionnelle. Du coup, ça faisait contraste, et si une partie de moi se disait "c'est de la fiction, il n'y a pas lieu de comparer", une autre se posait des questions... Mais est-ce que c'est vraiment possible, un partenaire aussi parfait, un amour aussi parfait ? Est-ce que je manque quelque chose, ou est-ce que c'est juste du fantasme qu'il est vain de chercher dans la vraie vie ?

Finalement, ça m'a aidée à sortir de cette relation imparfaite, à retrouver ma stabilité mentale, à apprendre à être heureuse et surtout, à identifier ce qu'était une relation fonctionnelle, épanouissante et, oui, parfaite (tant que ce n'est pas parfait, il faut continuer à chercher, hein ?). Non, ce n'est pas du fantasme, oui, c'est vraiment possible (y compris la sexytude absolue du héros, non, mais !), et merci à la romance de nous encourager à le chercher et à le trouver dans la réalité.

En fait, je dirais l'inverse de toi, Roanne : en général, je ne supporte pas les histoires d'amour dans la littérature, en dehors de la romance. Se situer hors des codes de la romance conduit presque inévitablement, ai-je observé, à ce que les histoires d'amour en deviennent excessivement mièvres, excessivements stupides, ou excessivement sexistes. Des travers que je n'ai, en revanche, qu'exceptionnellement rencontrés en romance (dans 5 % de mes lectures peut-être).

Je suis d'ailleurs toujours étonnée que des femmes puissent chroniquer, sans faire la moindre remarque là-dessus, des bouquins classés hors romance, et où la dégoulinade sexiste de carton-pâte qui tient lieu d'histoire d'amour m'a, personnellement, fait vomir. Mais peut-être ne connaissent-elles rien d'autre... Je pense que, quand on lit de la romance, on devient beaucoup plus difficile et regardant sur les composantes sentimentales d'un livre. On s'attend à ce que des vrais enjeux soient traités, que les vraies raisons pour lesquelles les vraies personnes se mettent en couple (ou pas) soient reconnues. Femme + homme = possibilité d'histoire d'amour, ou encore homme désire femme = femme tombe dans les bras de l'homme, ne suffisent plus.

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 22/10/2013, 06:08
Citer

C'est vrai, en y réfléchissant bien, les histoires d'amour hors romance sont souvent mièvres ou carrément sexistes. En tout cas, elles finissent souvent mal. Il y a aussi le côté moralisateur des romans classiques (censure oblige) et le fait qu'ils étaient souvent écrits par des hommes.
Longtemps j'ai pensé qu'une histoire qui finissait bien n'était pas aussi intéressante qu'une histoire à la fin tragique, c'était moins noble, moins shakespearien !
Pendant les études de lettres j'ai évolué dans un milieu très intéllo. Ma mère lisait Guy des Cars ou Konsalik, je les ai lus aussi et j'avoue que j'ai aimé ça même si à côté je lisais Gide ou Soljenitsine ! (pardon pour l'orthographe). C'était de la littérature de gare mais j'y trouvais l'évasion et la détente sans prise de tête.
La romance nous fait vivre des sensations, des émotions. Elle ne nous fait peut-être pas réfléchir mais il y a des moments dans la vie où on peut se contenter de ressentir, de vibrer. Si des auteurs comme Marc Levy ou Musso cartonnent, c'est parce qu'ils parlent au coeur des lecteurs et pas forcément à leur cerveau. On le leur reproche et les critiques littéraires les boudent.Mais le succès est là.
Depuis toujours, le roman est fait pour distraire, pour raconter une histoire, pour captiver le lecteur. Si on veut plus de profondeur on peut alors se tourner vers des essais, des récits.

Bien sur la romance a des défauts. Personnellement, j'ai été étonnée de voir combien il était difficile de reconnaître la patte d'un auteur par rapport à un autre. Il est vrai qu'il y a un vocabulaire "romance" et une construction de récit "romance" tout comme c'était le cas pour la littérature du XIXeme siècle (les feuilletonistes respectaient des codes eux aussi)
Quand je lis du Monica McCarty et du Pamela Clare (deux auteures de romance historique que j'aime beaucoup) il m'arrive de ne plus savoir laquelle des deux je lis. Surtout lorsqu'elles traitent des mêmes sujets, des mêmes époques. Seules un petit nombre se démarquent des autres et ont un style qui leur est propre. C'est ce que j'ai souvent entendu reprocher aux auteurs de romance, un manque de personnalité. C'est peut-être dû aux traductions mais j'ai des doutes...

Pour moi, il me semble qu'il y a deux sortes de romance: une de bonne qualité et une produite à la chaine et assez médiocre. Etes-vous d'accord ? Malheureusement, c'est au lecteur de faire le tri !

A leur époque, Dumas ou Balzac étaient méprisés. Aujourd'hui on les étudie à l'école. Qui nous dit qu'un jour on étudiera pas la romance dans les collèges ?

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Roanne
... un peu
Messages: 36
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 22/10/2013, 06:34
Citer

C'est vraiment étrange : nous ne devons pas du tout lire les mêmes choses, si les "histoires d'amour" hors romance que tu as lues t'ont fait une impression si diamétralement opposée à la mienne.
Pour ma part, c'est bel et bien dans les romances que j'ai lu des choses terriblement sexistes. Et sous couvert d'amooooour, elles seraient acceptables. C'est à vomir.
Au moins, quand je trouve du sexismes dans un autre genre, c'est très souvent pour l'auteur un moyen de le dénoncer. Ce qui est très important. 😉
J'ajoute que quand je parle de sexisme, je ne parle pas seulement de la condition féminine, mais aussi de la condition masculine. L'image des hommes dans les romances me hérisse souvent car elle est réductrice et qu'en plus, le seul but de beaucoup d'intrigues, c'est de changer le personnage masculin. Arg, quoi !

Mais il est clair que nous n'avons pas du tout les mêmes goûts. Ce qui n'est pas un souci, ça me permet au contraire de comprendre la raison pour laquelle tu as sélectionné certains titres dans tes collections.

Les plus belles histoires d'amour que j'ai lue cette année sont dans "Le goût des pépins de pomme" et "L'aube de la guerrière", respectivement des romans contemporains et urban fantasy, pas du tout des romances à la base (l'amour, dans ces romans, c'est un bonus).
J'ai littéralement fondu...

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 25/10/2013, 05:19
Citer

C'est vrai, les hommes dans la romance sont souvent stéréotypés. Moi ce qui me choque le plus ce n'est pas qu'ils aient tous ou presque un physique de rêve (haute stature, muscles, regard révolver) mais qu'ils soient presque toujours riches (milliardaires, aristocrates fortunés) et qu'ils passent leur temps à couvrir l'héroïne de bijoux et de robes hors de prix 🙂 Comme si les femmes recherchaient avant tout des hommes pleins aux as ! C'est un peu caricatural. Je suis certaine que si j'étais un homme je trouverais la romance sexiste (pour les hommes) En effet, l'image que renvoient les héros est parfois (je dis bien parfois) agaçante. Et oui, cette manie de vouloir les faire changer en cours de route ça peut énerver ! 🙂

Je préfère les héros paumés, les mecs normaux qui ne se servent pas de leur position sociale pour séduire l'héroïne ou la garder.
En romance je ne déteste pas les stéréotypes mais j'aime bien quand on en sort. Il est très difficile de surprendre le lecteur car il s'attend déjà à ce qu'on va lui proposer, contrairement à tout ce qui n'est pas littérature de "genre".

[plumeetclavier@hotmail.fr]

SuzanneRoy
... passionnément
Messages: 183
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 25/10/2013, 12:31
Citer

En même temps, quand on sort du "cadre", les gens chipotent...
faudrait savoir! 😉

mon blogue . twitter

Blackwatch
... un peu
Messages: 20
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 25/10/2013, 13:16
Citer

Citation de Manon le 25/10/2013, 05:19
C'est vrai, les hommes dans la romance sont souvent stéréotypés. Moi ce qui me choque le plus ce n'est pas qu'ils aient tous ou presque un physique de rêve (haute stature, muscles, regard révolver) mais qu'ils soient presque toujours riches (milliardaires, aristocrates fortunés) et qu'ils passent leur temps à couvrir l'héroïne de bijoux et de robes hors de prix 🙂 Comme si les femmes recherchaient avant tout des hommes pleins aux as ! C'est un peu caricatural. Je suis certaine que si j'étais un homme je trouverais la romance sexiste (pour les hommes) En effet, l'image que renvoient les héros est parfois (je dis bien parfois) agaçante. Et oui, cette manie de vouloir les faire changer en cours de route ça peut énerver ! 🙂

Je préfère les héros paumés, les mecs normaux qui ne se servent pas de leur position sociale pour séduire l'héroïne ou la garder.
En romance je ne déteste pas les stéréotypes mais j'aime bien quand on en sort. Il est très difficile de surprendre le lecteur car il s'attend déjà à ce qu'on va lui proposer, contrairement à tout ce qui n'est pas littérature de "genre".

ah ben, comme je suis d'accord! Bon, OK, j'avoue, je lis assez peu de romances "pures" (comme je le disais dans mon article, cité par Roanne dans son premier post) mais moi aussi, lire la même image cent fois répétée, le même personnage qui change peut-être juste de nom et d'habits (surtout si c'est de l'historique) ca me saoule rapidement.
Des romances de tous les jours, avec des gens normaux, ben ca me va aussi !
Mais bon, comme le dit idmuse, sans doute que cela déconcerterait trop le public habitué aux figures "habituelles" de la romance (vous aurez remarqué l'usage intensif des guillemets).

Manon
... beaucoup
Messages: 99
Permalink
Publier Re: La relation lectrice vs romances - témoignage
le: 30/10/2013, 06:51
Citer

Je commence à avoir une bibliothèque Romance bien garnie, aussi je me suis rapidement mise à la recherche de celles qui, justement, sortent un peu des sentiers battus. Héros atypiques, contextes inhabituels, histoires ou style surprenants.
Mais j'avoue que certaines constantes de la romance qui m'ont séduite au début continuent de me plaire bien qu'on les retrouve presque systématiquement. Je pense que c'est pareil dans d'autres genres. J'ai lu beaucoup de polars et là aussi il y a des stéréotypes et des situations récurrentes.
Parfois, je regrette que la romance n'explore pas d'autres univers. Heureusement, les auteurs Làska le font en ouvrant de nouvelles portes. Je pense qu'on peut garder les caractéristiques fondamentales de la romance tout en explorant de nouveaux thèmes, de nouveaux univers qui ne sont pas forcément ceux auxquels on est habitués (et qui sont essentiellement anglo-saxons !)

[plumeetclavier@hotmail.fr]

Pages: [1]
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.044 secondes.

Laisser un commentaire