Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: [1]
Auteur Discussion:La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 13/01/2014, 15:14
Citer

J'ai hésité pour poster ce sujet entre "Autour de l'écriture" et ici. Cette section m'a eu l'air plus appropriée, mais j'espère ne pas me tromper.

J'ouvre ce sujet pour parler de ces fictions qui ne veulent pas se laisser écrire.

Est-ce que vous en avez ? Des fictions sur lesquelles vous êtes depuis des mois voire des années, dont vous avez remanié quinze fois le scénario, voire fait des fiches de personnages, de lieux, noirci des pages et des pages d'introduction, de moments-clef, voire écrit un tiers, la moitié de l'histoire mais sans parvenir à écrire la fin...

Bref. C'est quoi qui coince ?

Je pense que ça peut être sympa d'en discuter. ^^

-
Mon blog. Mon facebook.

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 13/01/2014, 15:20
Citer

Et pour commencer le sujet, je pars avec ma propre "fiction qui coince" : ma fiction de science fiction qui m'embête depuis deux ans.

Aujourd'hui, je pense que j'ai identifié le problème que j'avais : un conflit personnel par rapport à ce que je voulais écrire. D'un côté, je voulais écrire une fiction "générale" (dans le sens qui ne tournerait pas autour de la romance et de l'érotisme, ce que je n'avais jamais fait à part dans de très très courts textes), parce que c'est quelque chose que j'aime aussi lire, parce que je rêvais de pouvoir la faire lire en entier à ma famille, sans couper des parties, et même de la travailler carrément avec leur aide, vu que mes deux parents sont professeurs de français et donc sensibles à ce sujet. Donc quelque chose qui, par rapport à moi, ne tendait pas seulement vers le "ce que je voudrais faire", mais aussi vers le "ce que je voudrais être", puisqu'il y a une partie de "représentation", là dedans, finalement, et que, forcément, ce que j'écris actuellement, soit des fictions de romance avec contenu fortement érotique et le plus souvent entre deux mâles... ce n'est pas spécialement le type de fiction le plus commun à partager avec sa famille. XD

Or, d'une part, depuis le début, ce qui m'éclate, moi, c'est surtout d'écrire de la romance et de l'érotisme. Et d'autre part, quoi de plus bloquant qu'un "ce que je voudrais être" : ce côté représentation de soi-même, même inconscient ? Parce que c'est se mettre une pression énorme.
Donc, comme je voyais que ça bloquait, j'ai rebossé longuement cette fiction en tâchant d'y introduire juste de la tension sexuelle (allez, juste ça), puis finalement un peu de romance, puis finalement un peu de romance avec du sexe... Et, à chaque fois, non, ça continuait à bloquer.

Puis dernièrement, j'ai compris qu'il fallait que je m'écoute réellement par rapport à ce que sont mes moteurs d'écriture, et mes moteurs d'écriture sont la romance et le sexe, de manière très très forte, et donc que je fasse le deuil de cette envie d'écrire autre chose pour revoir entièrement mon scénario en l'axant sur la romance.
Mais j'ai encore eu du mal à décoller parce que j'ai essayé de réfléchir à une manière de conserver au maximum ce que j'avais déjà écrit (j'ai tellement écrit, déjà sur cette fiction !). Et j'ai dû, en phase deux, faire le deuil de tout ce que j'avais écrit pour repartir de zéro.

Et là j'ai commencé, j'ai mon scénario, mes personnages, l'envie de, et je me sens vraiment bien par rapport à ça, même si on verra ce que ça donnera plus tard, bien sûr.

Enfin, pas facile de trouver les raisons de ses blocages...

-
Mon blog. Mon facebook.

Magena
... un peu
Messages: 19
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 14/01/2014, 18:32
Citer

Je dirais que j'en ai trois. Et aucune pour les mêmes raisons^^.

La première date de 1999, c'est un projet au (très) long cours. J'ai les personnages, le titre (exceptionnel venant de moi), le déroulement de l'intrigue et même l'idée d'une suite. Mais j'ai à peine commencé la phase d'écriture.
Pourquoi ?
Je pense qu'il y a plusieurs choses : d'abord, à cette époque, j'écrivais des choses assez sombres et ce projet est un roman jeunesse. Tout juste adulte, je ne me sentais pas assez mature pour écrire sur l'enfance sans tomber dans la caricature. Et puis les années ont passé, j'ai eu des enfants, je suis confronté à l'enfance chaque jour, mais je crois que, maintenant, c'est plutôt une affaire de "je n'ose pas". Alors, je me suis lancée dans de courts textes jeunesse (dont les thèmes ou titre ont été inspirés par mes enfants, ce qui donne l'histoire d'une baleine dans l'espace ou La guerre des nuggets...).
Il faut juste que je m'envoie des bonnes ondes, replonge dans les plans et me dégage du temps. Fastoche 🙂

Mon second projet en plan depuis un peu plus de deux ans maintenant a débuté sur les chapeaux de roue. Idem, j'ai le plan, les personnages, la chute, tout dans le moindre détail (enfin, je risque toujours de me heurter à un mur). Sous l'impulsion du nano 2011, j'ai écrit 36k mots avant de caler d'un coup.
Et cette fois, paradoxalement, c'est arrivé au moment où je devais aborder des scènes sombres. Des scènes qui ne m'auraient posé aucun problème dix ans en arrière, m'ont complètement fait bloquer. Surtout que j'en étais au tiers du plan environ et que certaines scènes auraient été encore plus dure à écrire. Du coup, je n'ai que deux solutions : soit je revois entièrement mon plan, soit je trouve un moyen de me détacher de ce que je veux écrire mais ça va être compliqué comme je suis devenue un Bisounours.

Et dernier en date, je retourne le problème dans ma tête depuis un an : c'est le développement d'une nouvelle qui me tient à cœur. Celle-là ne demande qu'à se faire écrire, j'ai même quelques scènes déjà écrites, mais c'est moi qui bloque pour une question purement terre-à-terre : le format. Prequel + séquelle ? Série de nouvelles ? Développer pour un seul couple ou pour les deux ?
Enfin, j'ai déjà pris une décision et c'est pour ça que je reste vague : je garde la nouvelle telle quelle (parce que j'avais envisagé une réécriture totale) pour la soumettre à des éditeurs. Si elle est retenue, j'aurai déjà des pistes pour développer l'univers ! (oui, j'ai appris à être une grande optimiste).

En fait, il doit exister des tas de raisons pour ces blocages. Ou c'est nous qui nous les créons ?

Mon blog

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 14/01/2014, 19:35
Citer

Je me revois dans vos "luttes". Un des textes qui m'a pris le plus de temps à découvrir (dans le ton, le style...), a vu le jour en 1998. Et je l'ai terminé l'année dernière. 15 ans. Mais je n'abandonne jamais un texte et j'ai bien fait. Il sera publié cette année. 🙂

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Valery K.
... beaucoup
Messages: 74
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 16/01/2014, 10:21
Citer

Pour Magena : pour l'instant, mon expérience du nano est la même que la tienne, concernant mon blocage sur cette fiction : un "forçage" du processus d'écriture qui m'a fait noircir quelques pages mais rien que je vais garder, parce que ce n'était pas là la solution à mon blocage, même si ça a eu tout de même le mérite de me faire remettre le nez dedans.
Pour Jo Ann : 15 ans ! Oahou, c'est un sacré combat. Félicitations, alors ! 🙂 Il paraîtra chez Laska ou chez un autre éditeur ?

-
Mon blog. Mon facebook.

Jo Ann
... passionnément
Messages: 280
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 16/01/2014, 10:38
Citer

Quinze ans pour trouver le bon ton... À l'avenir, j'essaierai de faire plus vite ! 😀
Chez un autre éditeur, ce n'est pas de la romance. 🙂

« Il n'y a pas de grande écriture, que de la grande réécriture. » Louis Brandeis
BlogFacebookTwitterPinterest

Jeanne
Modérateur
Messages: 545
Permalink
Publier Re: La fiction qui ne veut pas se laisser écrire
le: 07/02/2014, 12:10
Citer

Eh bien... j'ai l'impression que c'est le cas de tous mes textes, vu que je n'ai jamais fini des écrits plus longs que... dans les 20 000 mots, peut-être. J'ai l'impression de n'avoir que des projets en suspens, à différentes étapes d'écriture.

Mais pour les textes que j'ai vraiment repris, retravaillés, réécrits... Il y a tout d'abord ces idées qui me sont venues très jeune, et dont je n'ai pas réussi à me défaire. Sauf que certaines d'entre elles n'étaient pas très matures ou pas très profondes, et à chaque étape de ma propre "maturation", j'avais de nouvelles envies, ou une nouvelle façon d'aborder les choses.

Une évolution typique, c'est celle d'un projet à la base "historique", mais finalement plutôt pseudo-historique. Parce que c'est trop contraignant de faire des recherches, hein ? Pour plusieurs projets, je me suis petit à petit détachée d'un univers qui était un calque total de la réalité historique pour aller vers quelque chose de plus en plus fantasy... voire science-fiction.

Je trouve que ce sont des genres vraiment difficiles à maîtriser quand on est jeune, parce qu'on a peu de recul par rapport à la réalité, à sa culture, et moins de connaissances en général qui nous permettent de créer quelque chose de cohérent au niveau social, politique, historique, culturel... Donc on reprend, on approfondit, on ajoute des nuances.

Ensuite, il y a la question : en quelle langue écrire ? Non seulement je lis surtout en anglais depuis des années, et cela m'influence, mais ce sont surtout des communautés anglophones qui m'ont motivée à écrire par le passé. Même aujourd'hui, quand je vois les chiffres du marché numérique francophone, il m'arrive d'être découragée et de me dire : why do I even bother? (Même en étant un super bestseller prolifique, en gros, on ne risque pas d'en vivre de si tôt. En édition comme en écriture.)

En même temps, vous aurez compris qu'avec les Éditions Laska, j'ai plutôt décidé de m'orienter vers le français... J'ai toujours eu un faible pour les underdogs, et ma pitié a finalement triomphé de mon égoïsme. Bon, aussi, c'est un peu plus facile d'écrire en français ; je me sens plus en confiance par rapport à mes compétences. 😛

Mon blog : Romanceville, où les histoires d’amour finissent bien

Pages: [1]
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34 ; Page chargée en: 0.031 secondes.

Laisser un commentaire