Le Bal de la dernière chance

LeBal_petit

Auteur : Fabiola Chenet

Série : Le Prix du pardon
Genre : Romance historique, Époque victorienne
Longueur : Nouvelle (6 000 mots)
Sensualité : Doux

Prix revendeurs : 0,99 € / 1,99 $
Notre prix :
0,00 $ !!
Gratuit

EPUB Mobipocket (Kindle)

Georges, lord Filsbury, a toujours considéré le mariage comme un moyen d’accéder à ses ambitions professionnelles. S’il a choisi lady Lydia, c’est pour les précieux contacts que son père pourra lui apporter. Aussi, lorsque sa conscience l’appelle à d’autres obligations, il n’hésite pas à rompre ses fiançailles.

Lydia était peut-être naïve de croire que lord Filsbury voulait l’épouser pour elle-même, mais elle ne refera pas deux fois la même erreur. Après l’avoir délaissée sans un mot d’explication, son soupirant est de retour et s’attend à ce qu’elle lui retombe dans les bras. Sauf que cette fois, cela ne se passera pas ainsi…

5 commentaires
  1. j’ai hâte de lire cette nouvelle.

  2. J’avais beaucoup aimé « Passion et Conséquences » et j’attendais de pied ferme ce « Bal de la Dernière Chance ». Je n’ai pas été déçue! Une romance très agréable malgré la difficulté du format court.

    Petit plus de la couverture: la précédente était déjà très belle, mais celle-ci… Wouah! Douce et élégante, elle nous fait voyager immédiatement.

  3. J’ai lu cette nouvelle et, si j’ai été assez décontenancée par le début qui va très vite, la suite prend ensuite plus son temps et j’ai apprécié la personnalité de Lydia : une jeune femme innocente, tout à fait dans son époque, mais qui se révèle cependant ne pas manquer de caractère.

  4. Faute de temps, je ne vois les avis que maintenant. Je vous remercie d’avoir apprécié la nouvelle qui est vraiment très courte mais je ne voyais pas de quelle manière je pouvais la rallonger. 🙂

  5. Cette nouvelle est tout à fait dans les rails de la romance; la difficulté dans les formats courts du genre étant d’éviter les longs développements pour se centrer sur l’essentiel: la relation entre les 2 héros. Pari tenu, à mon avis.

Laisser un commentaire