L’Œil de sang

OEilSang_petit

1,99 € / 2,99 $

Acheter l’ebook :
7switch-buy
amazon-buy
iBooks-buy
kobo-buy
fnac-buy

Auteur : Florence Cochet

Série : Par le sang (deuxième épisode)
Genre : Romance fantasy
Longueur : Nouvelle (14 000 mots)
Sensualité : Moyen

Shandra est désormais un maître — une « ombre du palais », comme on appelle ceux qui agissent secrètement pour le compte des souverains. Pour la première fois, elle retourne en Thoril, le pays qui l’a vue naître. Son arrivée dans la capitale ne se passe toutefois pas comme prévu : une menace invisible semble peser sur l’empire… et sur ses envoyés.

Sur la foi d’une vision de l’impératrice, Shandra, accompagnée de Shyle, une mystérieuse sœur-sorcière, se lance sur la piste de l’Œil de sang. Un autre maître dont elle ignore encore l’identité doit les rejoindre en chemin…

Enfin, je distingue, attachés au tronc d’un arbre, deux destriers, dont la robe poussiéreuse ne parvient pas à dissimuler l’ossature racée. Nos montures pour nous rendre à Evreska sans délai. Leurs piaffements, leurs oreilles plaquées contre leur crâne trahissent leur nervosité. Un mauvais pressentiment me gagne. Où sont les hommes censés nous accueillir ?

À une vitesse inhumaine, Karyl dégaine ses épées alors que je perçois ce qui perturbe les chevaux : l’odeur douceâtre du sang mêlée à la puanteur des entrailles percées, portées à mes narines par le vent des plaines. Je n’ai que le temps de tirer Maël’Yenn de son fourreau avant qu’une dizaine de guerriers jaillissent des herbes. Leurs armures se perdent dans les ombres, leurs visages sont des masques impassibles, l’acier nu scintille. Ils encerclent Karyl dans un silence presque parfait.

« Fuis ! »

Son cri déchire la nuit, heurte mes tympans. Je me raidis : l’abandonner ? Impossible. Et l’enfer se déchaîne, trop loin pour que je puisse intervenir. Les hommes entament un ballet mortel. Les corps tourbillonnent, les lames s’entrechoquent. Cerné, harcelé, Karyl pare sans pouvoir attaquer. Je les regarde, paralysée, incapable de décider si je dois lui obéir ou entrer dans la danse. Ils évoluent avec une grâce et une souplesse incroyables, fascinantes, leur attention tout entière absorbée par leur adversaire. Aucun ne s’intéresse à moi. Pas encore.

« Fuis ; je suis leur cible ! »

Et soudain, je comprends. Ces guerriers sont des danse-lames, des assassins sans âme, des pantins programmés pour éliminer un ennemi désigné : Karyl. Si je reste, je succomberai après lui. Ils sont trop nombreux, trop entraînés, trop… silencieux.

Le tranchant d’une épée déchire le côté de Karyl. Il hurle. Un cri de rage et de désespoir qui me galvanise. Il ne mourra pas en vain. Je cours jusqu’aux chevaux, les libère, saute en selle et enfonce mes talons dans les flancs pantelants. Affolée, ma monture se cabre, puis s’élance au grand galop. Je serre les cuisses et me cramponne aux rênes. Si je tombe, je suis perdue. Derrière moi, les silhouettes s’estompent, me laissant l’impression douce-amère d’un rêve éveillé.

Karyl…

Ce n’est que lorsque mon cheval ralentit, puis s’arrête, écumant, que je me rends compte que mes joues sont humides de larmes. Je suis un maître et j’ai fui. Même si je sais que sauver mon ami était impossible, la honte n’en est pas plus facile à digérer.

Des danse-lames… Quelqu’un a engagé dix des assassins les plus craints de Thoril pour nous éliminer. J’hésite entre me sentir flattée et paniquer. Je dois atteindre Evreska sans délai.

Le second cheval a disparu. Je mets pied à terre, le temps de repérer l’étoile d’Astarian, qui indique le nord.

Karyl, pourtant si secret, m’a poussée à étudier longuement la carte du duché d’Antar afin que je sois capable de rejoindre la capitale, même sans lui.

Il savait.

« Un début de série addictif qui nous plonge au cœur d’un monde fantaisiste où magie et romance s’entrelacent pour notre plus grand plaisir. » – Lilybel (Lilybooks)

« L’auteur a su me transporter dans son univers bien à elle qui se révèle être très fantasy et sombre… Sa plume est très addictive et je dévore les tomes à chaque fois. » – Séverine (Boulimique des livres)

« J’ai réellement été subjuguée par la qualité du travail mené pour fabriquer cet univers qui pourrait largement être transposé à l’écran… » – Casscrouton

Laisser un commentaire