Noël, c’est magique !

Noël, c'est magique !

Depuis toute petite, je parcours ma vie d’une démarche qui pourrait sembler bancale à certains. Un pied fermement ancré dans la réalité, j’aime comprendre le pourquoi du comment de toutes les choses que je rencontre. Le second tâtonne davantage, pour se permettre de fouler le domaine du rêve, jusqu’à me faire accepter ce que mon imaginaire débridé me soumet. J’ai l’habitude de dire que je suis une cartésienne irrationnelle. Grand-écart inconfortable, me direz-vous ? Que nenni pour qui aime marauder du côté des terres des suppositions fantasmées.

Partant de ce désir de voyage peu conventionnel, j’ai appris à repérer des lieux, des situations et des périodes qui s’ouvrent sur tout un tas de possibilités. Nous approchons justement d’une date qui se prête bien à l’imaginaire. Vous me voyez venir ? Peut-être pas vraiment dans le sens que vous attendez. Parce que lorsque j’étais toute petite, je ne me sentais aucune affinité avec le Père Noël.

Le Père Noël, je l’ai toujours trouvé très louche. Sans doute parce que dans les années soixante, on commençait déjà à le rencontrer un peu partout avant le jour fatidique. Pour un homme censé déposer les cadeaux dans le plus grand secret, il manquait singulièrement de discrétion. Et puis, surtout, malgré son costume rouge, son bonnet et sa barbe blanche, j’avais remarqué qu’il changeait de physionomie. Ce détail me gâchait indéniablement la magie de Noël ou, tout au moins, j’y posais déjà un peton trop réaliste, et cela, c’était bien dommage.

Heureusement, autour de moi, on parlait du petit Jésus et de la crèche. Ça, c’était une jolie histoire : avec des animaux, un bébé et des cadeaux. Il y avait aussi le grand sapin, décoré et illuminé. Parallèlement, plus je grandissais, et plus l’image du Père Noël me paraissait fade. Encore enfant, lorsque je rencontrais un plus petit dont le regard brillait à son évocation, je n’ai jamais trahi son existence illusoire. Mais je me disais que l’histoire de ce grand bonhomme manquait singulièrement d’intérêt. La plupart du temps, pour ne pas dire tout le temps, on ne l’évoquait que dans son traîneau en train de distribuer des cadeaux. Qu’à cela ne tienne ! Ma muse, qui se cramponnait déjà sur mon épaule, était décidée à remédier à ce manque de fantaisie.

Au fil du temps, je crois que je suis amusée à imaginer des histoires sur tout : la Mère Noël, les petits lutins, les rennes, le pays des neiges… Un folklore très traditionnel, mais dont je bouleversais la vie pour la rendre palpitante. Jusqu’à écrire une histoire très loin de l’idée classique que l’on se fait du Père Noël il y a quelques mois.

PetiteFeeNoel_petitCette histoire, c’est celle de La Petite Fée de Noël. Elle mêle à la fois la magie de Noël et celle d’un monde bien plus ancien, qui parlera certainement à nombre d’entre vous. Aëlwenn, ou Gaëlle, vous révèlera une partie du secret de Noël, et en suivant son aventure, vous comprendrez que tout est beaucoup plus compliqué que vous l’imaginez. Avec elle, vous allez aussi découvrir que Noël, eh bien, finalement, cela peut être un peu tous les jours lorsque l’on sait ouvrir les yeux. Mais chut ! Il est des choses dont on ne doit pas parler sans s’exposer à certains dangers.

J’ai aimé écrire cette histoire en me rappelant qu’historiquement, la date du 25 décembre n’a pas été choisie au hasard. La fête chrétienne qu’elle recouvre s’est trouvée positionnée là parce que les anciens voyaient déjà en ce jour quelque chose de spécial à célébrer. Un moment de magie où coexiste le monde des hommes et celui des forces de la nature ou des dieux. Grattez sous le vernis, et vous vous apercevrez que c’est le cas de bien d’autres dates festives inscrites à notre calendrier.

Vous allez sans doute bientôt vous réunir autour d’un repas, d’un sapin, et échanger quelques cadeaux. Que vous soyez grand ou petit, souvenez-vous que la magie, c’est avant tout un regard différent porté sur le monde. Ne pas y croire serait passer à côté de bien jolies choses. Alors, maintenant que vous êtes prévenus, ouvrez l’œil !

Et surtout, un Joyeux Noël à vous tous !

La novella d’Eve Terrellon, La Petite Fée de Noël, est disponible chez tous les revendeurs.

4 commentaires
  1. Je n’ai jamais cru au Père Noël. Je me disais que sous les Tropiques, sous la chaleur et sans un flocon de neige, un vieil homme blanc bien couvert dans ses habits d’hiver… ce n’était pas crédible.
    Mais j’adore Noël. Et ses lumières. Et tu m’as donné envie de me replonger dans l’histoire du Bébé Jésus.

  2. Merci Jo Ann, la petite fille que j’ai été se sent moins seule vis-à-vis de ses doutes sur le Père Noël ^^. Ceci étant, Noël est si riche en symbolisme, que chacun peut s’y retrouver. C’est aussi ça, la magie de Noël ^^.

  3. Ha, moi non plus, je ne me rappelle pas avoir jamais cru au Père Noël. 😛 Mais c’est la faute de mes parents, qui déposaient ostensiblement les cadeaux sous le sapin sous nos yeux… Par contre, je l’aimais bien en tant que concept : un type qui vit dans la neige perpétuelle et qui se promène sur un traîneau tiré par des rennes volants ? Ça sent l’aventure, pour moi. 🙂
    Après, je ne viens pas d’une famille chrétienne, et j’ai mis plus de temps à réaliser la signification de la plupart des chants de Noël.

  4. Pour le concept, pas de souci, il m’a toujours fait rêver. La preuve ^^.

Laisser un commentaire