Passion et Conséquences

P&C_petit

5,99 € / 8,99 $

Acheter l’ebook :
7switch-buy
amazon-buy
iBooks-buy
kobo-buy
fnac-buy

Auteur : Fabiola Chenet

Série : Le Prix du pardon
Genre : Romance historique, Époque victorienne
Longueur : Roman (63 000 mots)
Sensualité : Moyen

Édouard Beriley, duc de Grandsvale, est un libertin notoire. En route pour la demeure familiale, il est surpris par une averse. Par chance, il trouve refuge chez une jolie orpheline. S’il doit passer la nuit chez elle, Édouard a bien l’intention de la séduire… et de l’oublier aussitôt.

Jeune, naïve et seule au monde, Alexandra Blackwood veut croire aux belles paroles d’Édouard. Quand il l’abandonne le lendemain, la leçon est terrible… mais elle compte bien ne jamais l’oublier.

Un an plus tard, leurs chemins se croisent à nouveau. Bien des choses ont changé et surtout, la rancune d’Alexandra est à son comble. Édouard, lui, ne semble se souvenir de rien. Il est même décidé à la conquérir…

« Votre Grâce, vous devriez vous asseoir. Je pense que Barney viendra vous prévenir lorsque le duc sera là. »

La duchesse se tourna vers Alexandra, qui, encore une fois, fut frappée par le bonheur qui irradiait son visage. Était-il seulement conscient de l’affection que lui portait sa grand-mère, ce petit-fils prodigue ?

Néanmoins, elle n’eut pas le temps d’approfondir cette réflexion qu’un bruit se fit entendre à l’extérieur. Le martèlement de sabots et des roues sur le sable de l’allée, plus précisément. Un carrosse. Le mystérieux duc était arrivé !

La duchesse se leva d’un bond, courut vers la fenêtre et écarta les rideaux.

« Il est là ! Enfin !

— Depuis combien de temps ne l’avez-vous pas vu ? » demanda Alexandra en s’approchant.

Elle-même avait hâte de faire sa connaissance. Mais, d’un seul coup, la duchesse referma le rideau et se dirigea vers le miroir, empêchant ainsi Alexandra de regarder à l’extérieur. Étonnée, celle-ci se leva toutefois, dans l’expectative. Depuis qu’elle avait entendu les roues du carrosse, un inexplicable frisson la parcourait toute entière. Comme si elle courait un grand danger.

Pendant ce temps, la duchesse vérifiait sa coiffure et son maquillage dans le miroir.

« Ma chère Alexandra, voulez-vous aller voir qui est là, s’il vous plaît ?

— Comment ?

— Le duc vient souvent avec son meilleur ami. Je crois qu’il a mentionné que lord Filsbury courtisait une jeune fille, mais il a peut-être pu l’accompagner quand même. Je souhaiterais juste que vous me disiez combien de personnes sont présentes.

— Dois-je leur parler ?

— Mais non ! En restant juste en haut de l’escalier principal, vous pourrez les voir passer lorsqu’ils traverseront le couloir avant d’atteindre le petit salon.

— Bien, Votre Grâce. »

Elle sortit, ne sentant pas le regard anxieux que cette dernière posait sur elle.

* * *

« Alors, Barney, quelles sont les nouvelles ? »

Cette voix ! Surprise, Alexandra s’agrippa à la rampe. Non, ce n’était pas possible. Elle rêvait certainement.

« Très bonnes, Votre Grâce. Nous avons craint un moment pour la santé de Sa Grâce la duchesse, mais cela s’est heureusement avéré une fausse alerte.

— Que me chantez-vous là ? »

La voix était sensuelle, un peu dure. Inoubliable. Alexandra ferma les yeux un instant. Se pouvait-il que le malheur l’ait encore frappée ? Refusant d’y croire, elle fit un énorme effort, ouvrit les yeux et attendit le passage de l’homme à la voix si semblable à celle d’Édouard.

« Elle a eu un léger malaise il y a quelques jours, continuait Barney, le majordome.

— Je vois ! »

Alexandra se sentait de plus en plus mal. Elle avait de la difficulté à respirer. Et soudain, elle le vit.

Elle le reconnut immédiatement. Grand, mince, il avait toujours la même allure. Elle le fixa, incapable de faire un geste ou d’avoir la moindre pensée cohérente. Les images se bousculaient dans sa tête. Édouard et elle faisant l’amour, Édouard lui offrant sa bague en lui déclarant son amour, le message qu’elle avait trouvé le lendemain. Soudain, comme s’il avait senti son regard, il leva la tête vers elle. Un regard gris bleu, comme dans son souvenir, la contempla. Ils s’observèrent quelques secondes, qui lui parurent interminables. Puis, recouvrant peu à peu ses facultés, Alexandra s’enfuit.

« … j’adore et j’adhère totalement à ce genre d’histoire un peu compliquée et alambiquée où il se passe une montagne de choses passionnantes ! Si en plus c’est bien écrit et bien mené, alors là je suis aux anges. Et ce fut le cas. … Un vrai plaisir que je vous recommande chaudement, vous ne le regretterez pas ! » – Artemissia Gold (songedunenuitdete.com)

« Un roman que j’ai dévoré ! … les malentendus étaient jouissifs ! » – Vanessa Terral

« Je me suis laissée happer par cette romance fort sympathique qui, tout en conservant des personnages archétypes (le libertin, la jeune innocente, la rivale, la bénéfactrice…) évite certains écueils du genre (les fautes du premier n’étant pas complètement éclipsées, par exemple). L’évolution des protagonistes est captivante, et l’auteure arrive très bien à rythmer son récit. » – Amélie Voyard-Venant

5 commentaires
  1. Un roman que j’ai dévoré!

    Étrangement, j’ai eu un peu de mal avec le début et la fin, et la grande clémence de l’héroïne pour un certain personnage (je sais que le principe de la romance voulait que ça se passe ainsi – et je m’y attendais d’une certaine façon) m’a donné l’impression qu’Alexandra était toujours un peu « oie blanche » alors qu’elle est censé être plus sensée (justement) à ce moment-là de l’histoire.

    J’ai beaucoup aimé la voir battre froid Édouard – et l’autre qui ne comprenait rien, les malentendus étaient jouissifs!

    Le parti-pris à un moment du scénario, qui était nous faire suivre les manœuvres de la duchesse, m’a interpelée par sa pirouette de placer ainsi le lecteur dans une position de « maître du jeu », dans une sorte d’omnipotence car nous rendant de fait complice de celle qui tire les ficelles. C’était bien joué!
    En plus, cela permet de nous faire entrer dans ses émotions et de nous attacher un peu plus à ce personnage.

    J’ai hâte de découvrir « Le Bal de la dernière chance »! 🙂

  2. Je me suis laissée happée par cette romance fort sympathique qui, tout en conservant des personnages archétypes (le libertin, la jeune innocente, la rivale, la bénéfactrice…) évite certains écueils du genre (les fautes du premier n’étant pas complètement éclipsées par exemple). L’évolution des protagonistes est captivante, et l’auteure arrive très bien à rythmer son récit. Seule le dernier rebondissement m’aura paru de trop, mais ce n’est que mon avis.

    Je découvrirai volontiers le Le bal de la dernière chance en Décembre !!

    J’ajoute d’ailleurs que je trouve les couvertures de ces deux parutions absolument sublimes, et je souhaite qu’elles séduisent beaucoup de futurs lecteurs…

  3. J’ai beaucoup aimé et dévoré ce livre. Seul petit bémol, le comportement parfois trop contemporain des personnages, j’ai peine à croire que le duc donne lui même à manger à son fils…

    • J’ai mis des mois avant de commencer ce roman et je le regrette maintenant! J’ai adoré : j’en suis au tome 3 en 2 jours 🙂 L’écriture est fluide, les personnages sont attachants… Bref, je passe un bon moment 🙂 Merci

  4. Il m’a fallu du temps pour ouvrir ce roman, mais une fois ouvert, je n’ai pas arrêté avant de l’avoir terminé. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Fabiola, il y a une élégance à laquelle je suis sensible.
    Alexandra est un personnage fort et j’apprécie d’autant plus qu’elle ne succombe pas tout de suite dès qu’Édouard se montre galant. Par contre, je suis un peu déçue des personnages secondaires qui ne me semblent pas aussi forts qu’Alexandra.
    Très bon moment de lecture.

Laisser un commentaire