Petit glossaire surnaturel d’Alexia Hope

Petit glossaire surnaturel d’Alexia Hope

Je suis là pour vous parler du monde fantastique d’Alexia Hope. Pour ce faire, je me suis dit qu’un petit glossaire des personnages principaux du tome 1 serait un début accrocheur. Tout n’est que pure fiction, souvent basée sur des mythes qui au fil du temps se sont transformés en légendes urbaines. Cependant, j’aime à penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu… qui sait si tout ce joli monde n’existe pas vraiment ?

Vampire : Je vais commencer par le plus ancien et le plus cher à mon cœur : le vampire. Le mythe du vampire n’est pas récent, puisqu’on trouve des livres traitant du sujet, particulièrement en Europe, au début du XVIIIème siècle. Puis il fut popularisé par l’œuvre Dracula de Bram Stoker publié en 1897. Même les débuts de la cinématographie n’ont pas échappé au phénomène, avec l’incontournable Nosfératu. Ce petit rappel historique sert juste à insister sur l’importance du vampirisme dans les diverses cultures de nos sociétés. Il y a pas mal de divergences selon le œuvres, mais elles sont unanimes sur une chose : le vampire est un mort qui doit boire le sang des êtres humains pour rester en « vie ». Après, tout le reste n’est que conjecture. Doit-il dormir le jour ou non ? Doit-il absolument tuer son donneur ? La morsure est-elle douloureuse ou au contraire aphrodisiaque ? Le vampire peut-il pénétrer chez quelqu’un sans sa permission ou dans une église ? Craint-il les croix, l’argent, les pieux, l’ail ? Vieillit-il ou non ? Se reflète-il dans le miroir ? …

Chacun y va de ses spéculations, j’ai donc fait de même pour mon personnage principal, Hunter. J’ai gardé les principales caractéristiques, celles qui reviennent le plus souvent. À savoir, qu’il ne peut sortir le jour, qu’il ne peut mourir qu’avec un pieu dans le cœur ou décapité. Il n’a pas besoin de dormir, car il est mort, après tout ! Et se nourrir n’exige pas de sacrifice. Mon personnage n’aurait pas été très sympathique s’il devait vider un humain à chaque repas ! Je trouve le reste assez superflu : l’ail, l’eau bénite, le reflet dans le miroir… C’est peu convaincant, j’ai donc abandonné la plupart de ces idées reçues. Par contre, j’insiste sur le lien créé entre le nouveau vampire et son créateur. J’aime à penser que chaque vampire a ses propres dons qu’il peut transmettre aux vampires qu’il engendre. Et le dernier point important à mes yeux : la morsure. Pour le côté romantique de la chose, celle-ci doit définitivement être agréable… très agréable, si vous voyez ce que je veux dire !

Hunter représente la tête froide du Concilium, mais ne vous fiez pas à son apparente froideur !

Loup-garou : Le loup-garou ou lycanthrope est, selon les légendes, un être humain capable de se transformer en loup. On peut naître loup-garou (héréditaire) ou on peut le devenir suite à une morsure. L’homme attiré par la pleine lune se transforme à ce moment précis du mois. Selon les croyances, il peut muter à volonté ou seulement les jours de pleine lune, partiellement ou totalement. Je précise qu’il est communément admis que son espérance de vie est nettement supérieure à celle des êtres humains. Il possède une puissance incroyable, un instinct inné et des sens très développés, ce qui le rapproche plus de l’animal que de l’être humain. J’en ai fait un être dont le regard varie selon ses humeurs. En effet, le côté loup apparaît dans le regard de Conan sous le coup d’une émotion forte. J’ai également donné à mon héros le rôle du comique de service, mais comme souvent, il ne faut pas toujours se fier aux apparences…

Métamorphe : Le métamorphe est de façon générale un humain capable de se transformer en animal. Un seul ou plusieurs, selon le folklore. Dans La Prophétie d’Agata, Sébastian est le dernier de son espèce et se le reproche. Même s’il est un personnage secondaire, il a son importance dans ce tome, et peut-être dans les autres…

Néphilim : Le néphilim est littéralement issu d’une relation entre les « fils de Dieu » (les anges) et les filles des hommes, selon l’Ancien Testament. Pour être plus claire, ils sont le résultat de l’accouplement d’un ange (déchu, suite à cette petite escapade) et d’une humaine. Selon la Bible, la progéniture hybride était forte et mauvaise. Les néphilims conduisirent l’humanité à sa perte jusqu’à ce que Dieu, excédé, balaie le tout grâce au déluge qui a épargné Noé.

Mon héroïne, Meiling, je l’ai voulue à l’opposé de cette triste réputation. C’est pourquoi elle est pétillante, avec sa fausse allure d’adolescente déjantée. Mais contrairement à son apparence, elle est âgée, sage et surtout, elle est écartelée entre ses deux moitiés !

AHT1_petitDémon : Le mythe du démon remonte aux origines dans toutes les sociétés. Le roi des démons le plus célèbre du christianisme est Lucifer, également connu sous le nom de Satan, Belzébuth ou plus communément, le Diable. Lucifer, à l’origine, était un ange. Insatisfait de sa condition, il a défié Dieu, entraînant avec lui d’autres anges dans une rébellion. Il a donc été déchu et est devenu par la suit, le roi de l’Enfer, où brûlent les âmes des damnés pour l’éternité. C’est en toute logique que les démons sont souvent associés au mal. Mon histoire n’échappe pas à la règle, comme vous pourrez le constater au fil des aventures d’Alexia. Toutefois, ce n’est pas une généralité ! Un de mes héros, Kelen, n’est qu’un demi-démon (père démoniaque et mère humaine), mais cela ne gâche en rien son potentiel, croyez-moi ! Son passé est obscur, il est secret et solitaire, mais il gagne à être connu… Je n’en dirai pas plus !

Elfes : Les elfes font partie intégrante du folklore scandinave depuis bien longtemps. Ils sont associés à la nature, la fertilité et la magie. L’œuvre de Tolkien a caricaturé leur apparence en sveltes et pâles créatures aux oreilles pointues et à la jeunesse éternelle. Étant grande fan du Seigneur des anneaux, j’ai sciemment calqué la description de mes elfes sur leur représentation dans le film. Siam et Xion, les jumeaux de mon histoire, sont la grâce incarnée et respectent la Terre aussi bien que les personnes. J’aurai plaisir à développer leurs personnages et bien d’autres créatures de féerie dans le tome 3 et 4, alors patience !

Prophétesse : Je termine par mon héroïne, la prophétesse Alexia Hope. La simple définition d’une prophétesse, c’est une femme qui interprète les divinités. On est loin du personnage sorti de mon imagination. En effet, j’en ai fait quelqu’un d’égal à une déesse, quasiment omnipotente. Bien sûr, pour Alexia, tout cela sera progressif. Elle a toujours eu un sixième sens étonnant, mais quand elle approche le monde des surnaturels, cela déclenche ses pouvoirs latents ! Au début, elle se contente de voir l’avenir ou le passé de quelqu’un, rien qu’en le touchant… mais ce n’est que le début ! Télépathie, télékinésie, boules d’énergies, pyrokinésie, téléportation feront partie des dons qu’elle développera tout au long des différents tomes.

Entre son devoir et ses différents problèmes personnels, Alexia est un personnage attachant, courageux et en perpétuelle évolution.

J’ai terminé le tour des tous les êtres surnaturels de ce premier tome, mais il y en aura bien d’autres à découvrir par la suite ! J’espère juste que vous aurez autant de plaisir à faire leur conaissance lors de votre lecture que j’en ai eu en les imaginant lors de l’écriture.

Les cinq tomes de la série Alexia Hope, sont désormais disponibles chez tous les revendeurs.

Laisser un commentaire