Un weekend sur deux

Weekend_petit

0,99 € / 1,99 $

Acheter l’ebook :
7switch-buy
amazon-buy
iBooks-buy
kobo-buy
fnac-buy

Auteur : Magena Suret

Genre : Romance M/M
Longueur : Nouvelle (10 000 mots)
Sensualité : Moyen

Lorsqu’il a rencontré Olivier, le voir un weekend sur deux convenait tout à fait à Sébastien. Cette relation avec un homme marié, essentiellement sexuelle et dépourvue de tout engagement, ne pouvait guère aller plus loin. Cependant, les années passant, Sébastien doit se rendre à l’évidence : il ne peut plus tenir ainsi. Voir la marque de bronzage sur l’annulaire d’Olivier le dérange de plus en plus, et apprendre la naissance future de son enfant finit de l’achever.

Continuer à vivre sans lui et, surtout, l’oublier paraissent plus que difficile. L’espoir est-il seulement encore possible ?

« Encore en train de vider mon ballon d’eau chaude ? »

La moquerie d’Olivier le fit sursauter : perdu dans ses pensées, il ne l’avait pas entendu arriver. Sébastien coupa l’eau pour ne pas donner l’idée à son amant de le rejoindre. Il avait besoin de ces précieuses secondes pour finir de se ressaisir. Lorsqu’il ouvrit la porte de la douche, il attrapa la serviette tendue par Olivier.

« Qu’est-ce que tu veux ? lui lança-t-il avec un sourire charmeur. Dans ma salle de bains, je peux à peine me sécher sans me cogner dans le lavabo ou manquer d’arracher mon rideau de douche, alors je profite du luxe quand j’en ai l’occasion.

— Et moi qui me demandais ce qui t’avait convaincu de passer ces deux jours avec moi… »

Sous le regard d’Olivier, Sébastien s’essuya le visage. Il prit conscience de leur nudité et l’idée le mit mal à l’aise. Son amant n’avait pas pour habitude de déambuler dans l’appartement sans aucun vêtement ; même pour aller aux toilettes ou prendre un verre d’eau, il enfilait toujours un slip au minimum. Ce n’était pas le moment de se laisser aller à de faux espoirs, aussi Sébastien préféra-t-il agir comme si de rien n’était et proposa d’aller leur préparer le café. Cependant, quand Olivier le remercia et posa la main sur sa taille pour le contourner, il se raidit. Le geste aurait pu paraître anodin, mais le contact dura trop longtemps pour être accidentel, et Sébastien refusait de se laisser entraîner plus avant dans ce brouillard affectif. Presque sec, il quitta la pièce lorsque le jet de la douche se remit à couler.

Sébastien terminait sa dernière gorgée de café quand Olivier reparut dans le salon, concentré à boutonner sa chemise. La tenue lui parut trop formelle pour la journée : en temps normal, Olivier optait pour des vêtements confortables, faciles à enfiler ou à ôter. Néanmoins, Sébastien perdit le fil de sa réflexion au profit de la vue qui s’offrait à lui. Sachant qu’il n’aurait plus de contact avec son amant à l’avenir, il cherchait à s’en forger un souvenir vivace.

Ses cheveux châtains étaient plus courts et clairsemés qu’à leur rencontre ; après tout, Olivier devait bientôt fêter ses trente-huit ans. Il émanait de lui un tel charme que Sébastien espérait être aussi chanceux et afficher cette même prestance dans onze ans. Il poursuivit son inspection. Olivier avait le regard baissé et, si Sébastien ne pouvait pas distinguer le marron de ses iris, il remarqua les pattes d’oie au coin de ses paupières plissées. Sur sa mâchoire, il devinait un début de barbe : Olivier n’avait pas dû se raser depuis deux jours, et Sébastien ressentit un frisson d’excitation à l’idée de sentir ces joues frotter l’intérieur de ses cuisses. Son regard tomba ensuite sur les mains, toujours occupées avec les boutons de la chemise. Sébastien s’imagina les longs doigts agiles autour de son sexe et en lui, à stimuler sa prostate tandis qu’Olivier agacerait son périnée de la langue. L’inconfort le fit gesticuler sur son tabouret. Son excitation prit toutefois une douche froide quand il constata que l’alliance avait fait son retour à l’annulaire d’Olivier. Et la voix de ce dernier finit de briser son rêve éveillé :

« J’ai un rendez-vous, ce matin. Je pense être de retour après le déjeuner. Tu peux rester ici, si tu veux. Il y a un double des clefs dans le tiroir de la commode près de l’entrée. »

« Une courte romance M/M qui m’a conquise dès les premières lignes.   c’est un coup de cœur !! » – Clarisse (Nos lectures, nos passions)

« J’ai aimé le style de l’auteur qui est très frais, mais aussi profond. Il a réussi à réunir dans une nouvelle que j’ai trouvée très complète (contrairement à d’autres) une jolie intrigue, des émotions et de l’humour. » – Séverine (Boulimique des livres)

« … une romance très agréable à lire malgré le point de départ peu judicieux (un malentendu…), mais les personnages sont assez développés pour rendre la lecture passionnante. » – Claire (L’antre claire)

Laisser un commentaire